Plus de 600 cas confirmés de COVID-19 en Afrique

Plus de 600 cas confirmés de COVID-19 en Afrique

Brazzaville, 19 mars 2020 - Plus de 600 cas de COVID-19 ont été confirmés dans 34 pays d'Afrique au 19 mars, comparé à 147 cas il y a une semaine. Bien que la région ait connu récemment une augmentation significative des cas confirmés, il y a encore moins de cas que dans d'autres parties du monde.

« L'évolution rapide du COVID-19 en Afrique est profondément inquiétante et constitue un signal clair pour agir », a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l'Afrique. « Mais nous pouvons encore changer le cours de cette pandémie. Les gouvernements doivent puiser dans toutes leurs ressources et capacités et renforcer leur réponse. »

Douze pays de la Région africaine connaissent actuellement une transmission locale. Il est essentiel que les gouvernements empêchent la transmission locale d'évoluer vers le pire scénario de transmission communautaire durable et généralisée. Un tel scénario constituera un défi majeur pour les pays dont les systèmes de santé sont fragiles.

« L'Afrique peut tirer des enseignements de l'expérience d'autres pays qui ont connu une forte diminution des cas de COVID-19 grâce à une intensification rapide des tests, à l'isolement des cas et au suivi méticuleux des contacts », a déclaré Dr Moeti. 

Comprendre comment la pandémie de COVID-19 va évoluer en Afrique est encore un travail en cours. La réponse devra être adaptée au contexte africain - la démographie du continent est très différente de celle de la Chine, de l'Europe et des États-Unis. L'Afrique a la population la plus jeune du monde et il semble que les personnes âgées sont plus vulnérables au COVID-19. Toutefois, une analyse préliminaire révèle que les personnes atteintes de maladies sous-jacentes sont plus à risque. Dans la Région, près de 26 millions de personnes vivent avec le VIH. Plus de 58 millions d'enfants présentent un retard de croissance dû à la malnutrition. Il est donc possible que les jeunes soient plus à risque en Afrique que dans d'autres parties du monde.    

L'OMS soutient les gouvernements dans la détection précoce en fournissant des kits de test du COVID-19 aux pays africains, en formant des techniciens de laboratoire et en renforçant la surveillance dans les communautés. Quarante-cinq pays africains peuvent désormais effectuer des tests de COVID-19 : au début de l'épidémie, seuls deux pouvaient le faire. L'OMS apporte également un soutien à distance aux pays touchés sur l'utilisation d'outils de données électroniques, afin que les autorités sanitaires nationales puissent mieux comprendre l'épidémie dans leurs pays. Des équipements de protection individuelle ont été expédiés dans 24 pays, et un deuxième envoi est en cours de préparation pour les pays où des cas ont été confirmés.

« Le COVID-19 est l'un des plus grands défis sanitaires auxquels l'Afrique a été confrontée en une génération », a déclaré Dr Moeti. « Nous ne pouvons arrêter ce virus que par la solidarité. Et le monde est en train de se rassembler. Les donateurs se mobilisent et fournissent des fonds tandis que le secteur privé dans de nombreux pays offre également son soutien. »

Les leçons tirées de la lutte contre les épidémies précédentes servent de base à la riposte. Les mesures préventives de base prises par les individus et les communautés restent l'outil le plus puissant pour empêcher la propagation du COVID-19.  C'est pourquoi l'OMS aide les autorités locales à élaborer des messages radio et des spots télévisés pour informer le public sur les risques du COVID-19 et sur les mesures à prendre. L'OMS mène également des activités de gestion des rumeurs dans tous les pays touchés et guide les pays pour mettre en place des centres d'appel et des numéros verts pour s’assurer que le public est informé.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
For Additional Information or to Request Interviews, Please contact:
Collins Boakye-Agyemang

Communications and marketing officer
Tel: + 242 06 614 24 01 (WhatsApp)
Email: boakyeagyemangc [at] who.int