Grâce à la messagerie numérique, plus de diagnostic de cancer « trop tard » en Zambie

Trop tard. C'est un refrain commun dans le récit des raisons pour lesquelles tant de personnes en Afrique meurent du cancer.

Idah Kayombo à Lusaka, en Zambie, sait très bien ce que signifie " trop tard ".

"Ma cousine est morte parce qu'elle ignorait qu'elle avait un cancer du col de l'utérus. Lorsqu'elle a été diagnostiquée, il était trop tard pour faire quoi que ce soit ", souligne-t-elle.

Elle croit que l'accès à l'information aurait pu faire une différence pour sa cousine et beaucoup d'autres femmes qui sont décédées du cancer du col de l'utérus, une maladie évitable dans la plupart des cas.

Le Ministère de la Santé en Zambie est du même avis et a redoublé d'efforts pour fournir aux Zambiens des installations améliorées de dépistage du cancer et maintenant de l'information sanitaire vitale.

Les derniers développements en matière d'accès reposent sur la technologie numérique pour atteindre en fin de compte les coins les plus reculés du pays. En 2016, le Ministère de la Santé a mis en place le mSanté, un moyen d'envoyer des SMS clairs et brefs sur le cancer du col de l’utérus, ses facteurs de risque et ce que les communautés et les individus peuvent faire pour se protéger contre cette maladie.

L'initiative, qui ne fonctionne pour l'instant qu'à Lusaka, est également connue sous le nom de Être en s@nté, Être mobile. Il s'agit d'un programme conjoint de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de l'Union internationale des télécommunications avec la Banque africaine de développement, le Ministère des transports et des communications et l'Autorité zambienne des technologies de l'information et des communications, visant à couvrir le pays d'informations sanitaires sur diverses maladies non contagieuses.

Avec près de 74% de pénétration de la téléphonie mobile dans le pays et 51% de la population considérée comme utilisatrice active du téléphone mobile, la messagerie mSanté sur le cancer du col de l’utérus montre des résultats encourageants. Les données préliminaires de l'établissement de santé indiquent une augmentation de 6% du premier dépistage de la maladie à Lusaka et que les demandeurs de services attribuent leur visite aux informations qu'ils ont reçues des alertes mSanté.

Augmentation du nombre de femmes soumises au dépistage

"Depuis l'introduction de mSanté, nous avons constaté une augmentation du nombre de femmes qui viennent se faire dépister ", explique Ebeth Syapiila Naluama, infirmière au Chawama First Level Hospital à Lusaka.

Ebeth examine la plupart des femmes qui se présentent à son établissement et constate qu'une trentaine d'entre elles, d'origines diverses, viennent chaque jour pour faire le dépistage et obtenir des renseignements sur le cancer du col de l’utérus. "Les personnes qui présentent des symptômes précancéreux traitables sont traitées immédiatement, tandis que nous renvoyons les cas avancés à l'Hôpital des maladies du cancer ", dit-elle.

Le cancer du col de l'utérus est la forme de cancer la plus courante dans la région africaine, où il représente chaque année 22 % de tous les cas de cancer chez les femmes et 12 % de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués chez les hommes et les femmes en général.

L'OMS estime que les infections au virus du papillome humain (VPH) causent environ 68 000 cas de cancer du col de l'utérus chaque année en Afrique, malgré la disponibilité de services de prévention rentables, notamment le dépistage et la vaccination.

En Zambie, le cancer en général représente une charge de morbidité importante. Le cancer du col de l'utérus est l'un des cancers les plus courants au pays. La Zambie se classe au troisième rang mondial en termes de prévalence du cancer du col de l'utérus.

Le dépistage systématique du cancer du col de l'utérus et le traitement précoce peuvent prévenir jusqu'à 80 % des cas de cancer du col de l'utérus si les anomalies du col de l'utérus sont détectées suffisamment tôt, alors qu'elles peuvent encore être traitées. L'OMS recommande un dépistage périodique pour toutes les femmes âgées de 30 à 49 ans afin de détecter les signes précancéreux, qui sont généralement asymptomatiques. En Zambie, la tranche d'âge pour le dépistage est de 25-59 ans.

Le faible niveau de sensibilisation des Zambiens avant l'introduction de la mSanté au sujet du cancer du col de l'utérus et des services disponibles, en particulier dans les communautés isolées et rurales éloignées, éloignées d'un dispensaire, a entraîné des retards dans le recours aux soins préventifs, souvent pas avant que la maladie ait progressé trop loin pour se transformer.

Dans les communautés où tout le monde ne reçoit pas ou ne peut pas lire les messages de téléphonie mobile, les informations vitales sur la santé sont transmises par le biais du bouche-à-oreille, un canal séculaire de faible technicité, par des personnes qui voient ces messages.    

Alors que les messages d'alerte par téléphone mobile attirent de plus en plus de femmes pour un dépistage précoce, le Ministère de la Santé a mis en place une infrastructure avancée pour répondre à leurs besoins. L'Hôpital des maladies du cancer a ouvert ses portes en 2007.

"Nous travaillons avec le Ministère de la Santé pour promouvoir la vaccination contre le virus du papillome humain, le dépistage précoce, le traitement, le diagnostic et, surtout, l'adoption des modes de vie sains afin de réduire les facteurs de risque et la morbidité élevée du pays due au cancer du col de l’utérus", déclare le Dr Peter Songolo, expert en prévention et contrôle des maladies au bureau de pays de l' OMS Zambie.

Pays par pays, l'OMS collabore avec les autorités sanitaires nationales pour réduire le fardeau global des maladies non transmissibles, en s'appuyant sur un plan d'action mondial comportant neuf objectifs de prévention et de contrôle d'ici 2020. Le Directeur général de l'OMS a lancé en mai 2018 un appel mondial à l'action pour l'élimination du cancer du col de l'utérus. L'élimination du cancer du col de l'utérus permettra d'obtenir un retour sur investissement élevé en réduisant le coût et le fardeau du système de santé liés au traitement du cancer du col de l'utérus pré- et post-infection et à la prévention du déclin de productivité des femmes au moment de leur vie sociale et professionnelle maximale.

En Zambie, l'optimisme s'est accru quant à la réduction des taux élevés de morbidité et de mortalité liés au cancer du col de l'utérus. "La plupart des gens ont maintenant des connaissances sur le cancer du col de l'utérus parce que ce programme de mSanté a suscité une prise de conscience et beaucoup d'intérêt", explique un membre du personnel de la clinique George à Lusaka.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
For Additional Information or to Request Interviews, Please contact:
OKA Sakuya

Communications Manager (a.i)
WHO Regional Office for Africa
Tel: +242 06 508 1009
Email: okas [at] who.int