Ebola, choléra et rougeole : Triple menace pour les communautés les plus pauvres de la République démocratique du Congo

Kasika est l'un des quartiers les plus pauvres de Goma, la plus grande ville de la province du Nord-Kivu de la République démocratique du Congo (RDC). C'est à Kasika que le premier cas de Goma a été détecté. Mais Ebola n'est pas la seule maladie qui frappe les habitants de Kasika, qui vivent dans des conditions difficiles, sous des toits de tôle, sans eau courante, sans toilettes avec chasse d'eau et peu d'assainissement. Le choléra et la rougeole sont également en plein essor dans la communauté. "Deux de mes voisins sont allés à l'hôpital cette semaine. J'ai entendu dire que c'était la rougeole. Maintenant, mon bébé a le choléra. Nous souffrons vraiment ici ", dit Rachel Mukandekese, assise sur un lit d'enfant pour choléra - un lit spécialement conçu pour les patients atteints du choléra - dans le centre de santé de Kasika, berçant son fils, Bénédiction, âgé de 20 mois. Il a la diarrhée et est très déshydraté.

Le nombre de cas de choléra et de rougeole a augmenté dans toute la RDC, y compris au Nord-Kivu, où l'épidémie d'Ebola sévit depuis plus d'un an. Depuis le début de 2019 en RDC, il y a eu 183 837 cas suspects de rougeole et 3 667 décès et 18 201 cas suspects de choléra et 325 décès. Il y a eu 2 576 cas confirmés et probables d'Ebola et 1 760 décès au cours de la même période. "Habituellement, nous organisons une campagne nationale de vaccination contre la rougeole tous les trois ans ", explique le Dr Stéphane Hans Bateyi Mustafa, coordinateur régional du programme élargi de vaccination au Nord-Kivu. "Mais cette fois, on est en retard. Au Nord-Kivu, de nombreuses ressources humaines et sources de financement ont été affectées à l'épidémie d'Ebola. D'autres activités de routine ont été sous-financées."

Les campagnes de vaccination contre la rougeole, qui impliquent le rassemblement de nombreuses personnes, sont également risquées dans un contexte Ebola et nécessitent la mise en place de mesures supplémentaires comme le dépistage de la température. Cela exige encore plus de ressources. A Goma, et en particulier à Kasika, le personnel de santé a été submergé par les activités de surveillance d'Ebola et de communication des risques. Dans une seule des trois zones sanitaires de Goma, Karisimbi, qui comprend le quartier de Kasika, 1 139 cas de rougeole ont été signalés depuis le début de l'année. Cela représente le double du nombre de cas pour l'ensemble du Nord-Kivu en 2018 et près de cinq fois celui de 2017. En outre, depuis le début de 2019, 795 cas suspects de choléra ont été signalés dans la même zone sanitaire. "Les chiffres ne cessent d'augmenter et à un rythme plus rapide ", déclare le Dr Arsène Enyegue, coordinateur du Cluster santé de l'Organisation mondiale de la Santé pour les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri.

Les autorités locales de la province du Nord-Kivu, en collaboration avec des partenaires, prennent des mesures. Avec l'appui financier et technique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Gouvernement renforce les activités de surveillance de la rougeole, notamment la recherche active de cas et la formation des agents de santé, et accroît les activités de sensibilisation au choléra et à la rougeole. "Nous avons organisé une première campagne contre le choléra destinée à atteindre 800 000 personnes ", explique le Dr Enyegue. En outre, l'OMS a déployé des experts et fourni des tests de laboratoire et des trousses de traitement du choléra - chacun d'entre eux permettant de traiter 100 personnes pendant trois mois.

Une campagne de vaccination contre la rougeole à grande échelle, financée par l'UNICEF et avec l'appui technique de l'OMS, est également en cours. La campagne vise à atteindre les enfants nés depuis la campagne de vaccination précédente et d'autres enfants qui n'ont pas été vaccinés régulièrement, comme Kavera Kasereka, 7 ans, qui est tombée malade de la rougeole récemment. Sa mère, Esther Bulindwa, pensait qu'elle avait été vaccinée lorsqu'elle était bébé mais "n'a aucun moyen de vérifier". Les activités axées sur le choléra et la rougeole s'inscrivent dans le cadre d'un effort plus large visant à renforcer le système de santé. "Nous avons recruté beaucoup de personnes au début de l'épidémie d'Ebola pour travailler dans la lutte contre l'Ebola ", explique le Dr Mustafa. "Maintenant, avec l'appui de l'OMS et de l'UNICEF, nous formons ces mêmes équipes à faire du travail de routine dans leurs zones sanitaires aussi." 

Nous appelons notre approche " ancrage ", ajoute-t-il. "Cela signifie que, même s'il y a Ebola, nous ne devons pas négliger les autres besoins. Nous ne devons pas démembrer le système. Il y a d'autres maladies auxquelles nous devons nous attaquer - d'autres services de santé primaires que nous devons renforcer." Grâce aux activités de surveillance à Kasika, Kavera et Benediction ont été vues par des agents de santé et rapidement diagnostiquées. Les deux sont sur la voie de la reprise. "C'est une bonne chose que nous entendions parler davantage des vaccinations et de la façon de protéger nos enfants ", dit la mère de Kavera. "Les gens d'ici n'ont ni le temps ni l'argent pour tout faire nous-mêmes. On est occupés à essayer de s'en sortir." 

Benediction, suffering from Cholera, & his mother (GOMA), Photo: WHO/Savage S.
Credits
Cliquez sur l'image pour l'agrandir
For Additional Information or to Request Interviews, Please contact:
Eugene Kabambi

Emergency Communications Officer
Tel : +243 81 715  1697
Office : +47 241 39 027
Email: kabambie [at] who.int

John Kisimir

WHO communications consultant
Email: jkisaid [at] gmail.com
Tel: +254 791 197 454 (Whatsapp)

Collins Boakye-Agyemang

Communications and marketing officer
Tel: + 242 06 614 24 01 (WhatsApp)
Email: boakyeagyemangc [at] who.int