L'OMS accélère la préparation face au nouveau coronavirus dans la Région africaine

L'OMS accélère la préparation face au nouveau coronavirus dans la Région africaine

Brazzaville, 31 janvier 2020 - L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) intensifie les efforts de préparation au nouveau coronavirus dans la région africaine et appuie les pays pour mettre en place les recommandations formulées par le Comité d'urgence du Règlement sanitaire international, qui s'est réuni à Genève, en Suisse, le 30 janvier. Sur les conseils du Comité d'urgence, le Directeur général de l'OMS a déclaré que l'épidémie du nouveau coronavirus était une urgence de santé publique de portée internationale. 

Le Comité d'urgence recommande que tous les pays soient prêts à la maîtrise de l’épidémie, y compris la surveillance active, la détection précoce, l'isolement et la gestion des cas, la recherche des contacts et la prévention de la propagation du nouveau coronavirus (2019-nCoV), et à partager toutes les données avec l'OMS.

Bien que l'OMS aide les pays à enquêter sur un certain nombre d'alertes, aucun cas de nouveau coronavirus n'a encore été signalé dans la région africaine. Toutefois, il existe de nombreux liens entre la Chine et le continent africain. 

Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, a envoyé une note d'orientation à tous les pays sur la manière de se préparer à une éventuelle flambée du nouveau coronavirus.

« Il est essentiel que les pays intensifient leur préparation, et en particulier qu’ils mettent en place des mécanismes de contrôle efficaces dans les aéroports et autres points d'entrée importants afin de garantir que les premiers cas soient détectés rapidement », a déclaré Dr Moeti. « Plus vite les pays pourront détecter les cas, plus vite ils pourront contenir une épidémie et s'assurer que les systèmes de santé ne soient pas débordés par le nouveau coronavirus. »

La confirmation rapide ou l'exclusion de cas de nouveau coronavirus, la mise en place d'une plateforme pour isoler les cas suspects ou confirmés, la diffusion des bonnes informations au public et le pré-positionnement de matériel sont autant d'actions importantes que les pays doivent entreprendre.

L'OMS a identifié 13 pays prioritaires (Afrique du Sud, Algérie, Angola, Côte d'Ivoire, Éthiopie, Ghana, Kenya, Maurice, Nigéria, Ouganda, République démocratique du Congo, Tanzanie et Zambie) qui ont soit des liens directs, ou un volume important de voyages vers la Chine. Un contrôle actif dans les aéroports a été mis en place dans la majorité de ces pays et, bien qu’ils soient les domaines d'intervention prioritaires de l'OMS, l'organisation soutiendra tous les pays de la région dans leurs efforts de préparation. 

Pour assurer une détection rapide du nouveau coronavirus, il est important de disposer de laboratoires capables de tester les échantillons et l'OMS aide les pays à améliorer leur capacité de dépistage. Etant donné qu’il s'agit d'un nouveau virus, il n'y a actuellement que deux laboratoires de référence dans la région africaine qui disposent des réactifs nécessaires pour effectuer de tels tests. Toutefois, des kits de réactifs sont en cours d’expédition dans plus de 20 autres pays de la région, de sorte que la capacité de diagnostic devrait augmenter dans les prochains jours. 

Les coronavirus sont une grande famille de virus qui provoquent des maladies similaires à la grippe et la région a fait des progrès considérables dans la préparation à une pandémie de grippe. Cela comprend le renforcement de la surveillance, ainsi que la mise à jour et le test des plans nationaux de préparation à une pandémie de grippe. Le travail préparatoire qui a déjà eu lieu en vue d'une pandémie de grippe est mis à profit pour se préparer à une flambée de coronavirus dans la région.

« Un virus nouveau et inconnu est souvent effrayant et beaucoup de gens sont inquiets », a déclaré Dr Moeti. « C'est compréhensible. Mais tous les efforts pour lutter contre le nouveau coronavirus doivent être basés sur des données scientifiques solides. L'OMS ne recommande pas de restrictions aux voyages ou au commerce car les perturbations sociales et l'utilisation intensive des ressources qu'elles provoquent l'emportent souvent de loin sur les avantages potentiels. »

Pour se protéger contre le nouveau virus, l'OMS recommande aux gens de pratiquer une bonne hygiène des mains et des voies respiratoires et d’adopter des pratiques alimentaires saines. Il s'agit notamment de se laver les mains à l'eau et au savon ou de se frotter les mains avec un désinfectant à base d'alcool, de se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir ou sa manche lorsqu'on tousse, d'éviter tout contact étroit avec une personne présentant des symptômes de grippe, de bien cuire les aliments et en particulier la viande, et d'éviter tout contact direct non protégé avec des animaux vivants.

Au 30 janvier, il y avait 7818 cas confirmés dans le monde, dont la grande majorité en Chine.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
For Additional Information or to Request Interviews, Please contact:
Sakuya OKA

Communications Manager
WHO Regional Office for Africa
Cell: +242 06 508 1009
Email: okas [at] who.int

Collins Boakye-Agyemang

Communications and marketing officer
Tel: + 242 06 614 24 01 (WhatsApp)
Email: boakyeagyemangc [at] who.int