Evaluation externe de la riposte (OBRA) à l’épidémie de poliomyélite

Du 14 au 25 octobre 2019, s’est déroulée au Niger une évaluation externe de la riposte (OBRA) à l’épidémie de poliomyélite qui sévit dans le pays depuis le mois de septembre 2018. En effet, depuis la déclaration officielle de cette épidémie par le Ministre de la Santé Publique, un plan de riposte a été élaboré et mis en œuvre prenant en compte toutes les composantes de la riposte à savoir le renforcement de la surveillance, l’organisation des campagnes de vaccination, la coordination des partenaires, le renforcement de la communication et mobilisation sociale pour une meilleure implication communautaire, la  performance de la vaccination de routine et la gestion des vaccins.

C’est ainsi, suite à la mise en œuvre de ce plan que cette évaluation externe est prévue conformément aux Procédures Opérationnelles Standards (POS) de la réponse à une flambée polio. Ayant comme objectif général d’Evaluer la qualité et l'adéquation de la réponse aux épidémies de Poliovirus circulant dérivé (cVDPV2) 2018 et 2019, cette mission devait répondre à trois questions clés à savoir : Evaluer les besoins supplémentaires nécessaires pour corriger les gaps identifiés dans les domaines clés ; Formuler des recommandations techniques pour aider le pays à atteindre la qualité et l’adéquation de la réponse ; Préparer la transition.

« Cette mission d’évaluation externe est très importante pour nous, car elle va permettre de voir les résultats atteints et ce qui reste à faire » a souligné la Représentante de l’OMS par intérim, Dr Anya Blanche.

Trois équipes composées chacune d’un international accompagné d’un cadre du Ministère de la santé ont été déployées au niveau des trois régions principales concernées par la riposte à savoir Diffa, Maradi et Zinder. Une équipe est restée à Niamey pour coordonner les missions de terrain et collecter les données auprès des acteurs centraux impliqués dans cette riposte.

La responsabilité de tout un chacun doit être clairement exprimée aux différents niveaux de la pyramide sanitaire et chez les partenaires, a remarqué Mme Félicitée Tchibindat, Représentante de l’Unicef au Niger.

Dans sa méthodologie, la mission a commencé par une revue documentaire du système de santé, une collecte des données sur le terrain avec des interviews des informateurs clés des niveaux central, intermédiaire et opérationnel du ministère de la santé, des partenaires, ONG et des leaders communautaires. La compilation et l’analyse des résultats a permis des dégager les forces, les faiblesses et de proposer des recommandations pertinentes aux différents domaines, notamment la Planification et coordination ; la Sensibilité et qualité de la surveillance; la Qualité des AVS au VPOm2; l’Immunité de la population et performance de la vaccination de routine; la Communication et mobilisation sociale pour la vaccination; et la Gestion des vaccins.

Les restitutions de ces résultats aux autorités à tous les niveaux ont permis de s’assurer d’une compréhension commune des principaux constats et de l’importance de la prise en compte des recommandations pour l’atteinte l’objectif principal qui est d’arrêter la circulation de ce poliovirus dérivé de souche vaccinale dans le pays.

Le Ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Mainassara, qui a présidé la réunion de restitution au niveau central, a réaffirmé l’engagement du Niger à mettre tout en œuvre pour atteindre l’arrêt total de la circulation du poliovirus dans le pays. « Nous remercions l’OMS, l’Unicef et tous les partenaires pour leur appui et leur disponibilité pour la conduite de cette évaluation qui nous édifie sur ce qui est fait et sur ce qui reste à faire. Soyez rassurés que nous assurerons le suivi effectif pour la mise en œuvre des recommandations qui y sont issues. » a noté Mr le Ministre lors de la réunion avec les membres de la mission en présence des partenaires et des Directeurs Centraux du Ministère.

Le Chef de la mission, Dr NOLNA Désiré, a noté que des progrès ont été réalisés, mais il est important de se focaliser sur les défis restants à relever. « Au regard du processus de surveillance des cas de PFA et l’immunité des populations impliquées dans la riposte, l’équipe OBRA recommande au pays l’intensification des activités de surveillance sur une période supplémentaire de 3 mois à travers un plan d’action opérationnel. » a conclu Dr Désiré.

Célébration Journée mondiale de lutte contre la Polio : Conférence sur les réalisations et les défis de la lutte contre la polio au Niger

Le 26 octobre 2019, une conférence sur la polio a été organisée par le Rotary International sous la présidence du Secrétaire Général du ministère de la santé publique du Niger en présence de Mme la représentante ai de l’OMS au Niger, Dr Anya Blanche. Cette s’inscrit dans le cadre des festivités commémorant la journée mondiale de la polio édition 2019 et vient au lendemain de la déclaration de l’éradication du poliovirus sauvage de type 3 par la commission globale de certification de l’éradication de la poliomyélite. La conférence a connu trois interventions : du ministère de la santé, de l’Unicef et de l’OMS faisant état du bilan des réalisations de la riposte à l’épidémie de polio au Niger.

Le Niger, bien que déclaré libre de polio en juillet 2016, fait donc face à cette épidémie de Poliovirus dérivés avec 23 cas depuis septembre 2018 dans les régions de Zinder et Diffa. Les résultats du séquençage indiquent que ces cas sont génétiquement liés à des flambées du Nigeria. Suite à cette épidémie, des campagnes de vaccination de riposte ont été organisées et depuis bientôt 6 mois, aucun nouveau cas n’a été détecté. La prochaine campagne de vaccination sera lancée officiellement le 2 novembre par la 1ère Dame du Niger. Elle sera couplée à la célébration de la Semaine Africaine de Vaccination et au déparasitage des enfants.

 

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir