Dix pays africains adoptent un cadre de collaboration transfrontalière sur la préparation et la riposte à l’épidémie d'Ebola

Goma, RDC, 21 octobre 2019 - La République démocratique du Congo (RDC) et ses neuf pays voisins ont adopté aujourd'hui, lors d'une réunion de ministres, de hauts responsables de la santé et de l'immigration et de partenaires à Goma, un cadre commun pour renforcer la collaboration transfrontalière en matière de préparation et de réponse au virus Ebola et aux autres épidémies.

Les représentants des 10 pays - Angola, Burundi, République centrafricaine, République du Congo, République démocratique du Congo, République démocratique du Congo, Rwanda, Sud-Soudan, Ouganda, République-Unie de Tanzanie et Zambie - ont noté avec préoccupation l'épidémie d'Ebola dans le nord-est de la RDC, qui dure depuis plus d'un an, et le risque croissant de propagation aux pays voisins. Ils ont reconnu la menace commune que l'épidémie fait peser sur la santé et la sécurité économique dans la sous-région et dans d'autres régions d'Afrique et la nécessité d'élaborer un plan d'action pour atténuer les effets de ces menaces.

"Les ressources sont toujours limitées et il y a toujours des lacunes dans les plans d'urgence. La mise en place d'un mécanisme de collaboration transfrontalière et de partage des biens contribuera à atténuer les souffrances et à minimiser l'impact social et économique des épidémies", a déclaré S.E. Amira Elfadil Mohammed, Commissaire aux affaires sociales de l'Union africaine.

Dans son discours d'ouverture, le Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l'Afrique, a souligné que la collaboration transfrontalière améliorera particulièrement l'échange d'informations sur les épidémies et les urgences conformément au Règlement sanitaire international (2005).

"Ces derniers temps, Ebola a été sous les feux de la rampe. D'autres maladies constituent également une menace importante. Ces événements soulignent l'immense importance de la collaboration transfrontalière pour améliorer le partage et l'échange d'informations afin de contenir rapidement les épidémies, d'harmoniser les ressources, d'accroître la coordination et d'empêcher les maladies de traverser les frontières," a déclaré le Dr Moeti.

La circulation transfrontalière des personnes, des biens et des services peut accroître le risque de transmission d'agents pathogènes infectieux responsables de maladies telles que l'Ebola, le choléra, la rougeole et la fièvre jaune.

"mesure que l'Union africaine progresse vers la mise en œuvre d'Action 2063, qui aspire à l'intégration politique et économique de l'Afrique, y compris la libre circulation des personnes à travers le continent, il y aura un changement. Nous devons être prêts à faire face aux risques que ce changement fait peser sur le continent. Un effort multi pays en matière de préparation et de réponse aux épidémies d'Ebola sera un bon exemple de l'utilisation de nos capacités collectives à cet égard ", a déclaré S.E. Mohammed.

La réunion ministérielle était organisée conjointement par le gouvernement de la RDC, l'OMS et la Commission de l'Union africaine par l'intermédiaire de ses Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC Afrique). Les participants ont passé en revue la situation de l'épidémie en RDC et le niveau de préparation des 10 pays voisins, et ont discuté d'une feuille de route pour une collaboration efficace et soutenue.

"C'est une bonne chose pour la RDC de formaliser un cadre de collaboration et d'adopter une feuille de route avec ses pays voisins sur la préparation et la réponse à Ebola. De cette façon, nous serons en mesure de rassembler nos ressources pour renforcer la sécurité et la sûreté en matière de santé ", a déclaré le Dr Albert Biyombo, vice-ministre de la Santé de la RDC.

Les représentants des États Membres sont convenus de renforcer les mécanismes d'échange d'informations exactes et à jour sur la préparation et l'intervention en cas d'Ebola et d'autres risques sanitaires et ont noté que la rétention ou la falsification d'informations et de données sur Ebola contrevient au Règlement sanitaire international et menace la paix, la sécurité et la prospérité des États Membres touchés et du continent entier.

"Nous reconnaissons la solidarité dont font preuve aujourd'hui d'autres pays africains en organisant cette très importante réunion. La réunion nous permettra de nous mettre d'accord sur des mécanismes de communication transfrontaliers sur les EVD et sur un plan d'action commun sur la préparation et la réponse en cas d'urgence", a déclaré S.E. Carly Nzanzu Kasivita, gouverneur de la province du Nord-Kivu, où la réunion a eu lieu.

"Le partage de l'information s'améliore, mais nous devons l'amener à un niveau acceptable. Nous avons besoin que les pays partagent ouvertement l'information nécessaire pour sauver des vies. Notre mission est d'établir une collaboration transfrontalière qui couvrira toutes les épidémies et toutes les urgences de santé publique", a déclaré le Dr Moeti.

Les ministres et les hauts responsables de la santé et de l'immigration ont également approuvé la création d'une équipe spéciale de coordination sur les épidémies de maladies épidémiques et autres, qui sera accueillie au siège de la Commission de l'Union africaine à Addis Abeba. L'équipe spéciale devrait faciliter un engagement politique soutenu en matière de préparation et d'intervention en cas d'épidémies. L'appui technique sera facilité par les plates-formes sous-régionales de coordination du partenariat Ebola de l'OMS, en collaboration avec le CDC Afrique et d'autres partenaires.

Bien que ce cadre ne contienne aucun engagement de financement pour les interventions et la préparation aux situations d'urgence, l'OMS et le CDC Union africaine/Afrique encouragent les pays à investir davantage dans ce domaine. Les pays qui ont renforcé leur préparation sont mieux à même de faire face aux situations d'urgence, ce qui réduit au minimum les coûts sociaux et économiques des flambées épidémiques et autres événements de santé publique.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
For Additional Information or to Request Interviews, Please contact:
Tania Seburyamo

Consultant
Phone: +243 820 66 46 24

James Ayodele

Principal Communication Officer
Africa CDC, Ethiopia
Email: Ayodelej [at] africa-union.org
Tel: +251 11 551 7700; +251 953912454

Sakuya OKA

Communications Manager
WHO Regional Office for Africa
Cell: +242 06 508 1009
Email: okas [at] who.int

Collins Boakye-Agyemang

Communications and marketing officer
Tel: + 242 06 520 6565
Email: boakyeagyemangc [at] who.int