Le Sénégal fera un bon usage des recommandations de l’évaluation externe conjointe du RSI (2005)

Dakar, 28 novembre 2016 - Après l’exercice d’auto-évaluation de ses capacités nationales de mise en œuvre du Règlement sanitaire international (RSI 2005) qui a duré plus de 6 mois, le Sénégal a entamé aujourd’hui la phase d’évaluation  externe conjointe, avec la participation d’experts d’institutions et organismes techniques internationaux (OMS, FAO, USAID, USDA, CDC, PATH, DTRA, Banque mondiale). Les experts nationaux de la Primature et de différents départements ministériels  participent également à l’Atelier d’évaluation externe conjointe qui a débuté ce matin à Dakar. Jusqu’au 02 décembre, les 80 participants procéderont  au partage et à la validation technique du rapport national produit par le Sénégal.

Au nom du Ministre de la Santé et de l’Action sociale, le Conseiller technique N° 1, Pr Ibrahima SECK, a remercié l’OMS et l’ensemble des partenaires « d’avoir offert au pays l’opportunité d’être  le premier pays francophone à faire cet exercice pour apprécier les capacités de son système de santé à prévenir, détecter, et riposter correctement contre toute menace de santé publique qu’elle soit naturelle, accidentelle ou provoquée, afin d’éviter sa propagation internationale”.  Pour le Conseiller technique N° 1, l’évaluation externe conjointe est  “la preuve de l’importance que le Gouvernement du Sénégal accorde au Programme de Sécurité Sanitaire mondiale et particulièrement à l’approche « Une seule Santé » qui permet d’intégrer les secteurs de la santé humaine, de la santé animale ainsi que leur environnement pour bâtir ensemble des synergies d’actions qui vise à minimiser les risques liés aux menaces de santé publique récurrentes mais surtout à améliorer la santé voire le bien-être des populations”.

Le Pr SECK a, enfin, assuré que le Sénégal fera un bon usage des recommandations qui seront issues de l’évaluation externe conjointe pour renforcer ses capacités. Il a lance un appel aux partenaires techniques et financiers à poursuivre leur accompagnement dans la mobilisation des ressources nécessaires pour que le pays puisse combler tous les gaps qui seront identifiés à travers la mise en oeuvre d’une Feuille de route nationale.

S’exprimant au nom des Partenaires techniques et financiers du secteur santé, Dr Deo NSHIMIRIMANA, Représentant de l’OMS, a  adressé leurs sincères félicitations et encouragements au Ministre de la Santé et de l’Action sociale pour avoir soutenu et facilité la mise en œuvre de l’exercice d’auto-évaluation des capacités nationales RSI . Il s’est réjoui de l’adhésion du Gouvernement du Sénégal qui  est le premier pays francophone à réaliser cet exercice.

Selon le Dr Deo NSHIMIRIMANA, « la sécurité sanitaire mondiale est devenue aujourd’hui une préoccupation majeure à tous les niveaux, eu égard au contexte épidémiologique de ce 21ème siècle, marqué par la survenue chaque année d’une nouvelle maladie. Cette fréquence est en plus, amplifiée par la propagation rapide des maladies transmissibles dont les principales raisons sont d’une part, le changement climatique et d’autre part, la mondialisation avec ses répercussions sur le bouleversement de l’équilibre du monde microbien, le transport, l’agriculture et l’industrie alimentaire ».  C’est pourquoi, le Représentant de l’OMS a mis l’accent sur l’existence du RSI  2005, un puissant instrument de coopération entre Etats dans l’action sanitaire pour faire face à tout évènement qui constitue une menace pour la santé des populations.

La mise en œuvre des recommandations du Groupe d’experts chargés de l’évaluation de l’épidémie de la maladie à virus Ebola de 2015, en faveur du renforcement des capacités pour une application correcte du RSI 2005, ont abouti à l’adoption par l’OMS et ses partenaires, d’une évaluation externe conjointe du RSI qui est précédée d’une auto-évaluation nationale. Aussi, le Deo NSHIMIRIMANA a-t- félicité l’équipe nationale d’évaluation du RSI pour avoir conduit le processus à terme, « sans complaisance, ni auto-satisfaction », et dans les délais recommandés par la mission internationale. Il a exprimé la conviction des Partenaires techniques et financiers que les recommandations et les gaps identifiés feront l’objet d’un plan d’action efficace dont la mise en œuvre consacrera de façon permanente, le renforcement des capacités nationales afin d’une application adéquate des dispositions du RSI.
    
Dans son intervention, Mme Karen SLITER, du Département de l’Agriculture des Etats-Unis, Chef de l’Equipe internationale d’évaluation externe conjointe, a mis en exergue l’engagement et  le travail  considérable qui a été réalisé par l’équipe nationale multisectorielle d’auto-évaluation, ce qui démontre qu’il est possible pour plusieurs secteurs et disciplines de travailler ensemble pour la sécurité sanitaire mondiale.

De son côté, le Dr Yahya ALI AHMED de l’OMS/AFRO, Gestionnaire du Programme de renforcement des capacités des pays dans la mise en œuvre du RSI de l’OMS/AFRO et Adjoint au Chef de l’Equipe internationale d’évaluation externe conjointe, a introduit les travaux de l’atelier en passant en revue la situation des urgences de santé publique dans la Région africaine, les stratégies et cadres existants pour y faire face. Parmi ces outils, il a cité l’évaluation du RSI, l’évaluation après  la survenue d’évènements aigus de santé publique, les  simulations et l’outil d’évaluation externe conjointe (EEC) qui est en place depuis février 2016. Les avantages  de l’EEC sont de permettre aux pays d’étudier  les 19 domaines techniques ciblés par l’approche « Une seule santé, de déterminer les progrès  accomplis,  les bonnes pratiques, les gaps, les défis, les recommandations pour  renforcer les capacités en matière de prévention, de détection et de  riposte contre les menaces de santé publique qu’elle soit naturelle, accidentelle ou provoquée.

________________________________

01 Photo de famille des participants
02 Le Chef de lEquipe internationale dévaluation externe conjointe
03 Le Représentant de lOMS délivre son allocution à louverture
04 Le Gestionnaire du Programme Renforcement capacités RSI des pays OMS AFRO
05 Le Conseiller technique N° 1 du Ministre de la Santé et de lAction sociale interviewé par la presse

Cliquez sur l'image pour l'agrandir