L'OMS intensifie la réponse à la peste à Madagascar

L'OMS intensifie rapidement sa réponse à une épidémie de peste à Madagascar qui s'est diffusée dans la capitale et certaines villes portuaires, infectant plus de 100 personnes en quelques semaines seulement.

Le Gouvernement de Madagascar a confirmé que la mort d'un ressortissant seychellois était due à la peste pulmonaire. L'entraîneur de basket-ball est décédé à l'hôpital à Antananarivo le mercredi 27 septembre, en visitant le pays pour un événement sportif.

Les autorités sanitaires effectuent le suivi des personnes avec lesquelles il est entré en contact ces derniers jours, et qui peuvent être exposés à la maladie. Une fois identifiés, ils recevront des antibiotiques pour prévenir l'infection par mesure de précaution.

L'incident porte le nombre de morts à 21, car l'épidémie a été identifiée fin août; au moins 114 personnes sont suspectées d’être infectées.

"L'OMS est préoccupée par le fait que la peste pourrait se propager davantage car elle est déjà présente dans plusieurs villes et c'est le début de la saison épidémique, qui dure généralement de septembre à avril", a déclaré le Dr Charlotte Ndiaye, Représentant de l'OMS à Madagascar.

"Nos équipes sont sur le terrain à Madagascar en fournissant des conseils techniques, en menant des évaluations, en soutenant la surveillance des maladies et en s'engageant avec les communautés", a-t-elle ajouté. «Nous faisons tout notre possible pour soutenir les efforts du Gouvernement, y compris en coordonnant les acteurs de la santé».

De nouveaux déploiements du personnel de l'OMS et des partenaires d'intervention dans le Réseau mondial d'alerte et d'intervention (GOARN) sont en cours, ainsi que des dotations accrues d'antibiotiques, d'équipements de protection individuelle et d'autres matériels.

L'OMS a libéré un fonds d'urgence de 300 000 $ US, ainsi que des matériels et équipements essentiels, pour étendre rapidement les efforts opérationnels, et fait appel à 1,5 million de dollars US pour appuyer la réponse.

La peste est endémique à Madagascar, où environ 400 cas - la plupart du temps buboniques - sont signalés chaque année. Contrairement aux épidémies passées, celle-ci affecte les grandes zones urbaines, ce qui augmente le risque de transmission.

Le nombre de cas identifiés jusqu'ici est plus élevé que prévu pour cette période de l'année. La peste bubonique est propagée par des rats infectés à travers des piqûres de puces, et la peste pulmonaire se transmet de personne à personne.

L'épidémie actuelle comprend les deux formes de peste. Près de la moitié des cas identifiés jusqu'à présent sont de la peste pulmonaire.

La peste est une maladie de la pauvreté. Elle se développe dans des endroits où les conditions sanitaires sont médiocres et les services de santé inadéquats.

Elle peut tuer rapidement si elle n'est pas traitée, mais peut également être guérie par des antibiotiques si elle est prise en charge à temps.

Le dernier foyer signalé en décembre 2016 était principalement la peste bubonique survenant dans une région enclavée.

Click image to enlarge
For Additional Information or to Request Interviews, Please contact:
RANARISON Volahanta Malala

Email : raminosoav [at] who.int