Lancement de la campagne de communication sur le Ver de Guinée pour une prise en charge gratuite !

N’Djamena, 24 Juillet 2017(OMS) : Le Ministère de la santé publique, le Programme national d’éradication du Ver de Guinée-Tchad et les partenaires techniques et financiers dont l’OMS et le Centre Carter ont lancé la campagne officielle de communication intitulé : « le héros du Ver de Guinée » pour l’éradication de cette maladie au Tchad, ce samedi 22 juillet 2017 à la Maison de la femme. Cette campagne nationale a pour objectif de déceler tous les cas de ver de guinée pour leur prise en charge gratuite.

Le Ver de Guinée est une maladie parasitaire qui se transmet lorsque des personnes n’ayant que peu ou pas accès à un approvisionnement en eau potable consomment de l’eau contaminée par de petits crustacés parasités. Il se caractérise par des démangeaisons, de la douleur, d’une sensation de brûlure, un gonflement, une ampoule localisée sur la peau qui en se brisant, laisse place à une plaie douloureuse d’où sort un ver blanc.

Sur les 20 pays où la maladie est endémique au milieu des années 1980, seuls 4 à savoir l’Ethiopie, le Mali, le Soudan du Sud, et le Tchad sont toujours concernés à ce jour. Après 9 ans sans notification de cas humains entre 2001 et 2009, la maladie réapparaît au Tchad en 2010 dans 08 régions (le Chari-Baguirmi, le Mayo Kebbi Ouest, le Moyen-Chari, le Mandoul, la Tandjilé, le Logone Oriental, le Salamat et N’Djamena). Ces régions ont notifié chacune un cas humain ou une infection animale. Pour lutter contre ce mal, les autorités ont créé en 1991, le Programme national d’Eradication du Ver de Guinée.

Au Tchad une donne épidémiologique nouvelle est à noter avec le chien comme un des hôtes intermédiaires qui entrent dans la dissémination de la maladie (587 chiens malades ont été notifies de janvier à juillet 2017). D’autres animaux seraient impliqués dont le chat, etc….

Pour la ministre de la santé publique, Mme Ngarmbatna Carmel Sou IV, l’éradication du Ver de Guinée ne pourra se faire sans une véritable implication de toutes les couches sociales de la population. Avec le lancement de la campagne de communication, « nous espérons atteindre au moins 80% de la population de notre pays notamment par la meilleure connaissance des signes et symptômes, des moyens de la prévenir et la récompense monétaire liée à la notification des cas et des infections animales par les populations ». A ce jour, seul le Tchad a notifié des cas dont 8 chez les humains, 587 chez les chiens et 6 chez les chats pendant la période de janvier à juin 2017, a dit Mme Sou IV.

Tout en lançant un appel à la communication et à la sensibilisation pour le changement de comportement, la Ministre a convié ses compatriotes au respect des moyens conventionnels comme le filtrage de l'eau ou le fait de la bouillir avant consommation, à bien cuire le poisson et les grenouilles, à détecter les animaux infectés avant l'émergence du ver et à l'attachement de ces animaux jusqu'à la guérison complète des plaies.

Le Ver de Guinée est une maladie parasitaire qui se transmet lorsque des personnes n’ayant que peu ou pas accès à un approvisionnement en eau potable consomment de l’eau contaminée par de petits crustacés parasités. Il se caractérise par des démangeaisons, de la douleur, d’une sensation de brûlure, un gonflement, une ampoule localisée sur la peau qui en se brisant, laisse place à une plaie douloureuse d’où sort un ver blanc.

Manan Beletnan (56 ans) habitant Bonlamia (Bokoro) et Mbal Enida (10 ans) en classe de CM2 à Koundoul, des victimes ont fait des témoignages poignants sur cette maladie.

Des sketches ont été joués par des artistes pour sensibiliser la population sur les signes de la maladie du ver de guinée et comment la prise en charge se fait. Par ailleurs, un clip composé par un artiste local pour accompagner la campagne de sensibilisation a égayé la salle qui a acclamé les pas de danse esquissés par les officiels (voir photo ou la Ministre danse avec le Représentant de l’OMS, le Représentant du Centre Carter, les victimes du ver de guinée et les partenaires) marque de l’engagement effectif et participatif à la campagne «le Héros du ver de Guinée ».

Au cours de la campagne nationale, 80% de la population tchadienne devrait être sensibilisée sur les signes de la maladie, les moyens de la prévenir, sans oublier la remise d’une récompense à toute personne ayant permis l’identification de cas chez une personne ou un animal.

Notons enfin qu’une ligne verte au 1300 à partir des opérateurs téléphoniques est ouverte pour informer sur des cas de Ver de Guinée et de récompenses allant de 25.000FCFA pour le cas et l’informateur, 10.000FCFA pour notification de chien/chat correctement isolé. La prise en charge du malade est gratuite.

 

Click image to enlarge
For Additional Information or to Request Interviews, Please contact:
Dr Ndihokubwayo Jean Bosco

Représentant de l’OMS au Tchad
Email: Ndihokubwayoj [at] who.int

Dr Djimrassengra D. Honoré

NPO/DPC
Email : djimrassengarh [at] who.int

Mr NAISSEM Jonas

NPO/HIP
Email : naissemj [at] who.int