Democratic Republic of Congo Events

COMPTE-RENDU | Réunion technique bimensuelle de coordination, en rapport avec le thème de la mortalité maternelle en République Démocratique du Congo

 Version Web : http://newsletters.cod.afro.who.int/drcflyer/qtw6ki8y621

 

  • Nécessité d'un engagement collectif et continu du Bureau Pays pour appuyer les autorités nationales dans la réduction de la mortalité maternelle en RDC

 


 

  • KINSHASA, 08 MAI 2019. La réunion technique de coordination bimensuelle s'est tenue ce jour dans la salle de conférence de l'OMS à Kinshasa. Elle été présidée par le Dr Deo NSHIMIRIMANA, Représentant ad intérim de l'OMS en RDC, avec la participation du personnel technique et professionnel présent au Bureau.
 
  • La principale présentation, relative à la mortalité maternelle qui demeure très élevée en République Démocratique du Congo, a été faite par la Dre Brigitte KINI, point focal du Programme de la Santé de la Mère et de l'Enfant (MCH). 

    Comment peut-on sauver la vie des mères congolaises ? C'est la question centrale de la présentation qui révèle que 61% de décès maternels ont comme causes directes liées aux hémorragies qui surviennent lors de l'accouchement, tandis que 40% de ces décès sont liés au paludisme. 

    Pour le DDeo NSHIMIRIMANA : "Répondre aux difficultés que rencontrent les femmes congolaises, dans certains territoires et zones de santé du pays où les taux de mortalité maternelle sont les plus élevés, en vue de leur permettre d'accoucher dans des conditions acceptables et à moindre risque, devrait constituer l'une des priorités parmi les actions à mener par le Bureau Pays, en appui aux efforts des autorités sanitaires nationales et provinciales". 

    Points d'action

    i) Faire preuve de pragmatisme en identifiant des personnes ressources à responsabiliser au niveau du Bureau Pays, après un briefing de renforcement des capacités, pour offrir une liste ordonnée de livrables de qualité toutes les deux semaines (Responsable: Dre Brigitte KINI appuyée par les personnes à identifier);

    ii) Préparer dans les tout prochains jours une réunion ad hoc, en étroite collaboration avec les autres partenaires (UNFPA, UNICEF, USAID) incluant toutes les données disponibles, en vue de faire des propositions concrètes de ce qu'il faut faire, avec qui et comment le faire pour quels résultats (Dre Brigitte KINI appuyée par une équipe du Bureau Pays, WCO);

    iii) Intégrer cette approche dans le fonctionnement des Sous-Bureaux de l'OMS dans les provinces. Ceux-ci sont également tenus à des livrables de qualité par le biais de téléconférence et des rapports de situation incluant les décès maternels (Responsable : Dr Amédée Prosper Djiguimdé, Conseiller Pays HSS).
 
  • A retenir : chaque décès maternel est une urgence.  Des mesures rigoureuses devraient être adoptées pour ceux qui ne notifient et ne font pas de revue dans les structures sanitaires. 
 
  • Annonces prioritaires 

    Tous les chefs de Sous-Bureaux sont attendus au Bureau de la Représentation, à Kinshasa, pour une réunion stratégique de coordination et de redynamisation du management à partir du lundi 13 mai 2019. 

    La prochaine réunion technique bimensuelle de coordination aura lieu le mercredi 22 mai 2019. Le Cluster GMC fera une présentation sur les actions prioritaires à prendre en compte pour la mise en oeuvre des programmes et projets du Bureau Pays. 
 
  • Commencée à 09:00, la réunion s'est clôturée à 10:10' 

 


 

Service communication | Strategic Management Office | Bureau du Représentant de l’OMS en RDC. Restez connecté avec nous sur le compte Twitter du Bureau Pays en RDC :  https://twitter.com/WHO_DRC

Version Web du compte-rendu:  http://newsletters.cod.afro.who.int/drcflyer/qtw6ki8y621

 

Eugene KABAMBI, chargé de communication, courriel : kabambie [at] who.int | Téléphone (Direct) : +243 817 151 697, Kinshasa, République Démocratique du Congo (RDC).

 

Evaluation externe conjointe des capacités du Règlement Sanitaire International (RSI 2005) pour la RDC: lancement des travaux à Kinshasa dès ce lundi 12 mars en présence de plus de 70 participants.

KINSHASA, 11 MARS 2018. L'évaluation externe conjointe (EEC) est aujourd'hui indispensable pour la République Démocratique du Congo (RDC).  Il s'agit d'un processus volontaire et multisectoriel de suivi et d’évaluation de la mise en place des capacités essentielles demandées par le RSI 2005. 

Le but est de voir si le pays concerné est en capacité de prévenir et de détecter les risques de santé publique qui peuvent se produire spontanément ou du fait d'événements délibérés ou accidentels, et à y répondre rapidement. Plus de 70 participants venant des différents secteurs et domaines d’activités couverts par le RSI prendront part à ces travaux du lundi 12 au vendredi 16 mars 2018 en la salle de conférence de Kempinski Hotel Fleuve Congo. 

L’équipe internationale pour l’EEC comprend des experts venant de différents pays (Algérie, Bénin, Etats-Unis d'Amérique, France, Maroc, Mauritanie, Sénégal etc.) et organisations internationales (Banque mondiale, CTB, CDC-Afrique, CDC-Atlanta, DFID, Ecole de Santé Publique de Kinshasa, FAO, JICA, KOICA, MSF, OIM, OIE, OMS AFRO & Siège), et couvrant l’ensemble des différents domaines techniques.

Le Ministre de la Santé Publique, Dr Oly Ilunga Kalenga présidera à partir de 09h00 de ce lundi 12 mars l'ouverture de ces travaux, en présence des autres membres du Gouvernement et experts (Ministère de l'Agriculture, Ministère du Commerce Extérieur, Ministère de l'Economie, Ministère de l'Enseignement Supérieur et Universitaire, Ministère des Finances, Ministère de l'Intérieur, Ministère des Transports et Voies de Communications etc.) et du Représentant de l'OMS en République Démocratique du Congo, le Dr Allarangar Yokouidé. 

Pendant cinq jours, les participants vont discuter et analyser les 19 domaines techniques du RSI 2005 décrits dans l’outil JEE (Joint External Evaluation). Il y aura des présentations, sur la base des exigences de transparence et de responsabilité mutuelle, pour expliciter l'essentiel des points saillants du système de santé de la RDC. 

Ces travaux détailleront les points clés pour cet exercice d'auto-évaluation et qui peuvent se résumer de la manière suivante: 

  • Déterminer les forces, les pratiques optimales, les domaines où le renforcement est nécessaire, les défis et les actions prioritaires pour les 19 domaines techniques clés;
  • Intégrer les résultats d'autres évaluations en une évaluation et une plate-forme uniques couplées à l'opinion d'experts internes et externes ;
  • Contribuer à l'examen des priorités nationales et à la révision des plans institutionnels pertinents pour intégrer et accueillir les actions et les ressources nécessaires pour combler les lacunes et les besoins identifiés;
  • Servir de plate-forme commune pour la révision et la mise à jour des plans de coopération entre les autorités nationales et les partenaires, les parties-prenantes internes et externes, y compris l'élaboration de plans intégrés et multisectoriels. 

C'est donc à l'issue de ces discussions approfondies que la RDC pourra compléter le processus et passer à l’étape de l’élaboration d’un plan stratégique de renforcement de ses capacités en vue de la mise en œuvre efficace du Règlement Sanitaire International (RSI-2005), ainsi que du renforcement du programme de gestion de la sécurité sanitaire. 

ACCREDITATIONS OBLIGATOIRES 

Contact presse :


Eugene Kabambi, Chargé de communications, OMS RDC : kabambie [at] who.int   |  +47241 39027

Contact technique :

Dr Vital Mondonge, Chargé de la Surveillance Intégrée et RSI, OMS RDC : cheikhd [at] who.int  |  +47241 39 042

http://newsletters.cod.afro.who.int/drcflyer/v0y3wuiql9x

 

Avis aux Médias | Visite en RDC d'une mission conjointe inter-institutions sur le VIH et la Tuberculose, du 27 septembre au 06 octobre 2017.

Chers journalistes,

Ce jeudi 28 septembre en début d’après-midi, le Ministre de la Santé Publique, Dr Oly Ilunga Kalenga, reçoit en présence du Représentant de l’OMS en RDC, Dr Allarangar Yokouidé, une mission conjointe inter-institutions comprenant les parties-prenantes impliquées dans la lutte contre la tuberculose et le VIH, en visite en République démocratique du Congo (RDC) du 27 septembre au 6 octobre 2017. La délégation d’une dizaine de personnes, est composée des partenaires des agences et organismes internationaux suivants: OMS, ONUSIDA, Fonds mondial, Médecins Sans Frontières, PEPFAR, USAID.

Au cours de cette rencontre, les autorités de la RDC auront l’opportunité d’expliquer en détail le ‘Plan d'urgence national’ pour l'accélération du traitement du VIH. Ce Plan décrit les objectifs généraux et spécifiques, y compris le développement d'une prestation de services différenciée pour le VIH, la délégation de tâches, l'augmentation des sites de distribution communautaire pour les traitements antirétroviraux (TAR), le renforcement de la chaine d’approvisionnement et l'augmentation des tests de dépistage du VIH chez les patients atteints de la Tuberculose.

La Mission conjointe travaillera, à la fois à Kinshasa et à Matadi (Chef-lieu de la Province du Kongo Central, Sud-ouest), avec les experts nationaux et provinciaux du Programme national de la lutte contre le Sida (PNLS) et ceux du Programme national de la lutte contre la Tuberculose, avec l’appui des partenaires susmentionnés. L’objectif recherché est entre autres, de : i) Élaborer un plan opérationnel pour la prestation de services différenciés ; ii) Concevoir un plan opérationnel pour le développement du service "guichet unique" pour la tuberculose et le VIH ; iii) Revoir et finaliser le plan de travail ainsi que le budget pour la recherche des cas manquants de Tuberculose en République Démocratique du Congo.

La présence de cette mission conjointe internationale dans le pays est aussi une opportunité pour intensifier le plaidoyer auprès de toutes les parties-prenantes (Gouvernement et partenaires), en vue de mobiliser des ressources financières additionnelles dans le cadre du plan de rattrapage d'urgence pour une réponse efficace au VIH et à l'accès au traitement en RDC.

Pour tout besoin d’interview ou d’informations supplémentaires, l’équipe technique de l’OMS se fera le plaisir de répondre aux questions dans la mesure du possible.

Relations Médias :

Eugene Kabambi, Communications Officer, kabambie [at] who.int, +47 241 39 027

Contacts techniques :

Dr Casimir Manzengo, National Professional Officer, VIH, manzengoc [at] who.int | +47 241 390 33 | +243 81 700 6415

Dr Nicolas Nkiere, National Professional Officer, TUB, nkieren [at] who.int | +47 241 39 037

Health workers are #NotATarget

Samedi 19 août 2017: Journée mondiale de l'aide humanitaire. Il est temps d'arrêter des attaques sur les personnels de la santé publique ! La RD Congo et l'OMS se joignent à cette campagne mondiale pour éveiller les consciences des leaders mondiaux.

Health workers are #NotATarget

L'année dernière 418 personnes sont mortes dans le monde parce que leurs structures sanitaires ont été attaquées. Chaque hôpital  détruit et chaque personnel de santé tué ou blessé emportent plusieurs années de Sécurité Sociale des personnes qui en ont le plus besoin. 

Arrêtez les attaques sur des services médicaux. A l'occasion de la Journée Internationale Humanitaire, le message clé demande aux leaders de la planète de s'engager pour que le personnel de la santé publique ne soit #PasUneCible 

APPEL A L'ACTION

"Ce jour, nous avons devant nous une occasion d'honorer et de nous souvenir de nos collègues, amis et membres de famille qui ont été tués sur les lignes de front de crises et de les saluer pour leur sacrifice et service. Nous venons aussi ensemble, dans la solidarité avec des millions des civils piégés dans les conflits, exiger que les leaders mondiaux exercent toute l'influence diplomatique, politique et économique possible pour assurer que les parties en conflit protègent des civils". 

Jan Egeland and Stephen O’Brien.