Discours Inaugural du Directeur Régional de l'OMS pour L'Afrique, Dr Luis Gomes Sambo

Imprimer
1er Février 2005

Chers collègues,

 

Je remercie Dieu Tout-Puissant qui m'a accordé le privilège de servir cette Région en ma récente qualité de Directeur régional de l'Organisation mondiale de la Santé. Je rends hommage au Dr Ebrahim Malick Samba dont le travail dans cette Région a amené le Bureau régional à un niveau plus élevé de travail acharné et de reconnaissance. Je lui souhaite de toujours rester en bonne santé pendant sa retraite.

Il y a exactement 16 ans, je commençais ma carrière professionnelle à l'Organisation mondiale de la Santé. Pendant cette période, j'ai servi au niveau de pays en qualité de Représentant de l'OMS; au niveau interpays comme membre de l'Équipe sur les Systèmes de Santé; au niveau du Bureau régional comme chef de l'Unité HFA, Directeur de la Division Systèmes de Santé et Services de Santé, et en tant que Directeur de la Gestion des Programmes jusqu'à mon élection au poste de Directeur régional en septembre 2004.

Ensemble, nous avons vécu et géré les différents défis sanitaires et humanitaires auxquels est confrontée notre Région. Nullement ébranlés par ceux-ci, nous avons maintenu notre engagement en faveur des principes de la Santé pour Tous.

Je voudrais remercier tous les collègues des bureaux de pays, les équipes interpays, et du Bureau régional. Je vous remercie de l'excellent soutien et des valeurs précieuses, des connaissances et des expériences riches que nous avons partagées au cours des dernières années.

Aujourd'hui, nous commençons un nouveau chapitre du travail de l'OMS dans la Région africaine. Les défis sont nombreux et importants, avec des systèmes de santé défaillants et fragmentés; des ressources insuffisantes pour intensifier les interventions reconnues; un accès limité aux services et aux technologies de santé; une mauvaise gestion des ressources humaines en santé ; une intégration insuffisante des déterminants de la santé dans l'élaboration des politiques; des informations insuffisantes pour la prise de décision; une répétition des catastrophes naturelles et celles provoquées par l'homme ainsi que des situations d'urgence et une extrême pauvreté. Cependant, ce n'est pas la lourdeur de la charge, mais la manière dont vous la portez qui détermine le degré de réussite.

Au cours des années à venir que nous abordons :

  • un noyau de fonctionnaires compétents et dévoués guidera notre potentiel;
  • notre vision commune dictera à notre équipe la direction à prendre;
  • une bonne éthique du travail définira notre niveau de préparation à l'action; et
  • le leadership à tous les niveaux déterminera notre succès d'ensemble.

Nous avons fondé nos objectifs sur des accords internationaux et régionaux tels que les objectifs du Millénaire pour développement (OMD), la Santé pour Tous au 21ème siècle: Agenda 2020, la stratégie sanitaire du NEPAD et les différentes résolutions de Comité régionaux. Ces objectifs nous aideront à dégager des priorités, donner une direction, prévoir nos choix et orienter nos compagnons dans nos efforts visant à améliorer la santé des peuples d'Afrique, notre ressource la plus précieuse.

Nous comptons sur le soutien du Directeur général de l'OMS, Dr Lee, de l'Union africaine, des Communautés régionales économiques et de nos partenaires du développement sanitaire en Afrique.

Chers collègues,

Notre action se concentrera sur:

  • la capacité de réponse aux besoins des pays pour de meilleurs résultats sanitaires;
  • l'amélioration de l'efficacité de l'appui de l'OMS aux pays;
  • le renforcement de notre rôle de gestion dans la santé.

Réponse aux besoins des pays pour de meilleurs résultats sanitaires

Au fil des années, l'OMS a élaboré plusieurs stratégies éprouvées et fondées sur les faits pouvant apporter un changement dans la santé des populations. Le Bureau régional concentrera ses actions sur quelques priorités et sur des interventions éprouvées et rentables, qui auront le plus grand impact sur la vie des populations.

La Région africaine reste la plus affectée par les maladies transmissibles, notamment par la triade VIH/AIDS, paludisme et tuberculose. À travers une meilleure intégration des activités dans ces trois domaines, nous allons maximiser les ressources humaines, financières et matérielles, et donc, en distribuer davantage aux pays. Nous poursuivrons activement nos efforts pour atteindre la cible des " 3 millions d'ici 2005 ", les objectifs sanitaires d'Abuja et les objectifs du Millénaire pour le développent liés au VIH/SIDA, au paludisme et à la tuberculose.

Nous allons collaborer activement avec les États Membres pour finaliser et mettre en œuvre les Règlements sanitaires internationaux. Nous allons améliorer notre système d'Alerte et de Réponse aux Épidémies dans le cadre du système mondial; et créer un Centre pluridisciplinaire de surveillance des maladies visant une préparation et une réponse adéquates aux épidémies.

Les maladies évitables par la vaccination demeurent une priorité pour notre Région. Nous nous sommes engagés à éradiquer la poliomyélite malgré les difficultés récentes. Nous allons explorer toutes les voies diplomatiques et politiques en vue de permettre aux enfants africains de commencer leur vie en bonne santé. Nous allons améliorer et poursuivre les vaccinations de routine afin de réduire les taux de mortalité infantile.

L'une des orientations stratégiques de la Politique de la Santé pour Tous au 21ème siècle: Agenda 2020 est de créer les conditions qui permettront aux femmes de participer au développement sanitaire, d'en bénéficier et d'y jouer un rôle de leadership. En avril 2005, la Journée mondiale de la Santé se focalisera sur la santé maternelle et infantile avec pour thème: Donnons sa chance à chaque mère et à chaque enfant. Notre Région porte le plus lourd fardeau de la morbidité et de la mortalité néonatale, infantile et maternelle. En nous fondant sur l'engagement exprimé des États Membres et de l'Union africaine, et en appliquant les stratégies éprouvées et identifiées dans la " Feuille de route pour accélérer la réalisation des OMD liés à la santé maternelle et du nouveau-né en Afrique ", nous fournirons un appui aux pays pour les aider à intensifier les interventions, à en améliorer la couverture et à obtenir des résultats quantifiables. Au sein du Bureau régional, nous procéderons à une restructuration de façon à améliorer et à promouvoir les interventions dans le domaine de la santé maternelle et infantile à travers les domaines d'activité Pour une grossesse à moindre risque et Santé de l'enfant et de l'Adolescent, ainsi qu'à travers la Prise en charge intégrée des maladies de l'enfance.

S'agissant des maladies non transmissibles, il sera nécessaire d'accorder une attention particulière à la Promotion de la santé par l'information et l'éducation sanitaires, ainsi qu'aux modes de vie sains. Cela aura un effet positif sur les maladies non transmissibles et transmissibles, y compris sur le VIH/SIDA.

Nous allons intensifier le plaidoyer et l'appui aux pays dans le domaine de la Convention-Cadre sur le Tabac, afin d'augmenter le nombre de pays africains ayant accès à la Convention.

Une importante condition préalable à une meilleure santé de la population et au développement durable dans l'ensemble de notre Région, est la mise en place de systèmes de santé fonctionnels, qui lient les individus, les familles et les communautés à tous les niveaux de soins, et rendent les services disponibles, accessibles, acceptables et d'un coût abordable. Nous accorderons une attention particulière à l'appui au pays dans la mise en oeuvre de mécanismes appropriés de Financement de la santé et de Protection Sociale réduisant ainsi les frais complémentaires de santé.

La ressource la plus importante dans le secteur de la santé c'est la main d'œuvre. La migration internationale du personnel de santé constitue un défi pour les systèmes de santé de la Région africaine. La Cinquante-Septième Assemblée mondiale de la Santé a adopté la résolution qui appelait l'OMS à explorer d'autres mesures pour aider les États Membres à assurer une formation de qualité aux cadres, et à identifier des mécanismes efficaces pour les motiver, les retenir et continuer de renforcer leurs capacités.

Des efforts ciblés seront consentis pour aider les pays à accroître la disponibilité et l'accessibilité financière des Médicaments essentiels, en particulier des antirétroviraux. Nous continuerons de soutenir la production locale de médicaments traditionnels dont l'efficacité a été scientifiquement prouvée dans le contexte des soins de santé primaires.

Conformément à notre mandat, la santé figure en tête de notre agenda, mais nous ne devons pas perdre de vue les déterminants majeurs de la santé dont certains se trouvent hors du secteur de la santé. La pauvreté est une menace pour la santé et le développement en Afrique. Nous soutiendrons les efforts des pays visant la réduction de la pauvreté, les inégalités dans le domaine de la santé, et l'amélioration des performances économiques.

Les catastrophes naturelles et celles provoquées par l'homme se produisent fréquemment dans notre Région. Le Bureau régional devra renforcer les mécanismes de Préparation et de réponse aux situations d'urgence, et mobiliser des ressources additionnelles pour améliorer les capacités nationales et régionales de riposte.

Nous aiderons les pays à combler le fossé entre le savoir et son application. Nous devons transformer le savoir scientifique en action efficace au bénéfice de la santé des populations. Chaque Division devra investir dans la recherché en santé et prévoir le budget approprié à cet effet.

Les défis sanitaires énumérés ci-dessus guideront nos compagnons-nos partenaires dans le domaine de la santé. Nous renforcerons les partenariats et entrerons dans une ère de réseaux sans précédent. Nous travaillerons avec les États Membres, l'Union africaine, les Communautés régionales économiques, ainsi qu'avec les partenaires bilatéraux et multilatéraux afin d'améliorer le dialogue dans le domaine de la santé, de développer des synergies et de fournir un appui accru aux efforts réalisés dans le domaine de la santé aux niveaux des pays et de la Région.

Accroître l'efficacité de l'appui de l'OMS aux pays

Nos efforts, dans les années à venir, seront axés sur les pays et centrés sur les populations. La stratégie de coopération avec les pays nous fournira le point d'entrée indispensable dans le processus gestionnaire de l'OMS dans le contexte du 11ème Programme général de Travail (2006 - 2015).

Suite à l'engagement du Directeur général de décentraliser les ressources de l'OMS vers les Régions et les pays, le Bureau régional fera de même en vue de rendre plus efficace notre appui aux pays. Nous renforcerons la Présence essentielle de l'OMS dans les pays.

Nous avons déjà pris un bon départ en ce qui concerne le renforcement des capacités de nos bureaux de pays et nous le poursuivrons. Une première étape majeure est de définir le profil du bureau de pays, en particulier, celui de l'équipe de base. Cela nous permettra d'avoir sur place, un personnel plus technique, plus avisé, plus dévoué et plus apte à rendre compte, qui sera suffisamment outillé pour s'engager avec les pays dans une gestion essentiellement centrée sur la recherche de résultats mesurables. En outre, nous apporterons un appui dans le domaine du renforcement des capacités au niveau des pays pour leur permettre de gérer les programmes de santé prioritaires. Les Représentants de l'OMS seront appelés à assumer davantage de responsabilités dans la gestion des programmes de coopération de l'OMS dans les pays.

Renforcement de notre rôle de gestionnaire

Le Bureau régional doit être plus efficace et plus visible. Reconnaissant que l'une des meilleures méthodes pour juger de l'intelligence d'un leader est de voir de quels hommes et de quelles femmes il s'entoure, nous allons restructurer les différentes Divisions et Unités du Bureau régional en vue de leurs attribuer des responsabilités bien distinctes. Nous mettrons en oeuvre un plan de gestion des ressources humaines bien défini qui ne prolonge pas les postes temporaires, assure le dévouement et la fierté de notre personnel et accroît l'efficacité et le rendement. Nous n'utiliserons pas seulement tous les cerveaux que nous avons, mais également tous ceux que nous pourrons emprunter à travers les comités régionaux d'experts, les groupes de travail et les groupes de consultants qui détiennent l'expertise et l'expérience pertinentes. Ce noyau de personnel déterminera notre potentiel.

Le Bureau régional verra ses capacités renforcées à travers une gestion efficace et des ressources humaines sans médiocrité. Le plus grand destructeur d'une équipe est un joueur médiocre qui n'y a pas sa place. À cette fin, notre processus de sélection continuera à tous les niveaux à mettre l'accent sur l'excellence et le mérite; et concernant les fonctionnaires en service, l'excellence et la qualité seront reconnues.

Disposer de ressources humaines solides, tant aux niveaux du Bureau régional que des pays, permettra d'étendre le processus de rotation du personnel avec des perturbations minimes. Grâce à ce mécanisme nous diffuserons de nouvelles idées tant aux niveaux du Bureau régional que des pays.

Nous travaillerons en étroite collaboration avec l'Association du personnel et continuerons de faciliter un dialogue continu, entre la direction et le personnel. Les représentants du personnel élus ont un rôle capital à jouer eu égard aux conditions d'emploi et de travail, ainsi que dans toutes les questions relatives au bien-être des fonctionnaires. Je faciliterai ce dialogue! À chaque fois qu'un conflit surviendra entre la Direction et le personnel, le Bureau et le médiateur seront disposés à fournir leur assistance.

Nous renforcerons la Division Finances et Administration (et nous mettrons en place des procédures pour réglementer les opérations de trésorerie). Nous allons améliorer notre gestion fondée sur les résultats et nos processus de rapport. Nous allons harmoniser ICT, AMS et ROAFI dans le contexte de la gestion integrée du Budget Programme.

Nous entrons dans une nouvelle ère de connectivité dans laquelle les conférences virtuelles, la communication et la publication améliorée en ligne réduiront les coûts et amélioreront l'efficacité en la matière. Nous devons créer les conditions visant à rendre opérationnel le domaine d'activité créé récemment et appelé - Gestion du savoir et technologie de l'information.

Chers Collègues,

Notre culture de rédaction, de documentation et de publication doit être améliorée. Je n'ai aucun doute qu'un travail important s'effectue dans les pays ainsi que dans les différents domaines d'activité au Bureau régional. Chaque domaine d'activité et chaque Division doit redoubler d'efforts pour identifier les meilleures pratiques en santé, les documenter et les diffuser en vue de leur duplication. Nous allons améliorer le Comité des Publications et accélérer le travail de l'Unité pour produire rapidement des publications sans perdre la qualité de vue.

En 2005, nous lancerons la première édition du Rapport sur la Santé en Afrique, ce qui marquera une étape vers la publication régulière de rapports sur la situation sanitaire des populations. Ceci est le rôle de gestionnaire du Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique.

Nous apporterons notre appui aux pays pour leur permettre d'améliorer leur système d'information sanitaire et de surveillance de sorte à mesurer les progrès dans la santé de leurs populations en utilisant des indicateurs approuvés. Cela constitue une étape importante dans la diffusion des informations et des données de la surveillance sanitaire, visant à mesurer les avancées vers la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, les cibles de santé du NEPAD et la Politique de Santé pour Tous.

Nous devons améliorer et rendre plus participatives nos réunions régulières tant au niveau de la gestion d'ensemble des programmes qu'au niveau de la direction des Unités et des Divisions pour assurer une supervision et un leadership directs et efficaces; parce que vision, politiques, et plans sont plus ou moins inutiles à moins que tous ceux qu'ils concernent en aient connaissance. Je crois fermement à l'intelligence collective. Par conséquent, nous allons maximiser les apports des experts disponibles dans la Région pour le bien institutionnel optimal par opposition aux résultats individuels.

Le principe de travail à travers les niveaux et les domaines d'activité sera institutionnalisé dans notre Région afin d'améliorer les synergies et l'impact général de l'appui que l'OMS apporte au niveau des pays. La planification et la budgétisation du travail dans les domaines d'activité doivent tenir compte des domaines d'activité transversaux qui sont cruciaux pour leur réalisation mais disposant habituellement de peu de ressources. Par exemple, VIH/SIDA devrait allouer des ressources à Promotion de la Santé; et le Paludisme devrait faire de même pour Santé et Environnement.

Nous allons intensifier la mobilisation des ressources, si nécessaire à l'accroissement des efforts visant à atteindre les communautés et les populations mal desservies pour obtenir de meilleurs résultats sanitaires. Tandis que nous essayons d'améliorer le niveau actuel de nos ressources externes, nous poursuivrons activement la mobilisation de fonds au sein de la Région. Nous allons forger de nouveaux partenariats. Nous mènerons le plaidoyer auprès des gouvernements africains pour qu'ils deviennent des bailleurs de la santé. Nous renforcerons la confiance de nos bailleurs et partenaires traditionnels en faisant preuve de transparence et de responsabilité. Nous assurerons une meilleure appropriation des ressources afin de satisfaire les besoins des pays pour obtenir des résultats tangibles, en particulier l'amélioration des indicateurs sanitaires critiques dans la Région.

En conclusion, tout au long de notre travail d'équipe,
Nous nous améliorerons; et
nous augmenterons notre valeur aux yeux des autres et aurons ainsi davantage de partenaires.
Aucune tâche, aucun projet ne sera trop grand pour nous à réaliser.