Vaccinations Ebola en République Démocratique du Congo - Dans la communauté, par la communauté

La cour du Centre de Santé Musuniene, normalement calme, résonne avec les bruits des adolescents qui courent, jouent et discutent dans l'espace ouvert, sans être gênés par la chaleur intense. Les jeunes - tous les étudiants du Centre Professionnel Vusigha, une école technique locale - attendent leur tour pour être vaccinés contre le virus Ebola. Jean-Marie Kambale, leur enseignant, sort du centre de santé et affiche fièrement son certificat de vaccination. "Je suis très heureux parce que je suis maintenant protégé contre Ebola," dit-il. Kambale avait amené 50 de ses élèves pour les faire vacciner. 

Musuniene, un grand village situé à environ une heure de route de la ville de Butembo, se trouve sur un territoire tenu par le groupe armé Maï Maï. Malgré le risque pour la sécurité, une équipe de vaccination est en place pour s'assurer qu'un certain nombre de personnes qui sont inscrites comme contacts de patients Ebola et qui se sont récemment rendues à Musuniene reçoivent des vaccins. Ils vaccinent également les agents de santé de première ligne qui se sont récemment joints à l'équipe pour servir dans les centres de transit Ebola. Lorsque Kambale a entendu des messages radio au sujet de la campagne de vaccination en anneau, il a décidé que la meilleure chose à faire serait d'amener les enfants au centre de santé. En vertu des protocoles mis en œuvre par l'OMS, toutes les personnes qui sont des contacts de personnes ayant reçu un diagnostic d'Ebola, toutes les personnes qui sont des contacts d'un contact et toutes celles qui sont des contacts probables - toute personne dans une zone sanitaire où il y a un cas confirmé - sont éligibles pour recevoir le vaccin.

"Je suis également très heureux parce que les personnes qui m'ont vacciné sont celles qui parlent ma langue, ce qui m'a permis de parler avec elles et de leur poser quelques questions sans difficulté ", ajoute Kambale. Le fait que les vaccinations soient effectuées par la population locale a été déterminant pour le succès de la campagne. Dans le cadre des activités de préparation à la menace d'Ebola, quatre équipes de vaccinateurs - 60 personnes au total - sont arrivées dans la province du Nord-Kivu en août 2018 pour aider à la vaccination. L'équipe comprenait des Guinéens, une personne du Niger, et des Congolais, tous perçus comme des étrangers - même les Congolais, qui avaient été formés dans la capitale, Kinshasa. Mais comme l'explique Sœur Zawadi Fikiri, directrice de l'Hôpital général de Musuniene : "Au début, il y avait beaucoup de résistance parmi la population locale car les vaccinateurs étaient étrangers. Le Dr Moise Kabuyaya, chef du service de médecine de l'hôpital, s'est fait l'écho de ce sentiment. "Comme vous le savez, il y a beaucoup de mensonges et de préjugés au sujet du vaccin Ebola. Les villageois veulent être vaccinés par des gens qu'ils connaissent. Quand ils sont traités par un frère, ils consentent facilement et acceptent le vaccin parce qu'ils savent que leur frère ne leur fera pas de mal." 

Parce qu'il était essentiel de procéder rapidement aux vaccinations, celles-ci ont d'abord été effectuées par des experts expérimentés de Kinshasa et de l'extérieur du pays. Mais au fur et à mesure de l'évolution de l'épidémie, et parce qu'il y a eu une résistance de la communauté à l'égard des étrangers, il est devenu évident qu'il était nécessaire d'améliorer la compréhension locale. Ainsi, en plus de la vaccination, et dans les délais impartis, les populations locales ont été formées pour effectuer les vaccinations. La majorité des vaccinateurs formés ont été sélectionnés dans les communautés locales du Nord-Kivu. Comme le fait remarquer Sœur Fikiri, " il est devenu plus facile[d'effectuer les vaccinations] ; nous avons formé des vaccinateurs locaux, et c'est pourquoi les villageois acceptent de recevoir le vaccin " 

La formation et les préparatifs laissent un solide héritage. Le Dr Aly Mampan Koundouno, responsable de l'équipe de vaccination à Butembo, a noté : "Aujourd'hui, un an après le début de la riposte, il y a 31 équipes de vaccinateurs - 580 personnes au total, dont 552 sont congolaises, et de ce groupe, 477 viennent de la province du Nord-Kivu. Il poursuit en disant : " Il y a 149 vaccinateurs qui desservent la zone de sous-coordination de Butembo. Seulement cinq d'entre eux sont internationaux ; les autres sont de la communauté locale." C'est un héritage que les Congolais considèrent comme bénéfique non seulement pour leur pays, mais qu'ils peuvent ensuite redonner en aidant d'autres pays en cas de crise. Comme le souligne également le Dr Jeannot Kambale, vaccinateur congolais à l'OMS, " Nous pouvons maintenant non seulement réaliser le protocole de vaccination en anneau contre le virus Ebola, mais nous sommes aussi capables de mener toute campagne de vaccination nécessaire au Congo et au-delà ".

Et si quelqu'un doute sur l'efficacité du vaccin Ebola, le Dr Kabuyaya est la parfaite démonstration de l'importance de la vaccination : lors d'une opération chirurgicale en avril 2019, alors qu'il nettoyait la cavité abdominale du patient, le sang a jailli et frappé le Dr Kabuyaya dans les yeux. "Pouvez-vous imaginer ce qui m'a traversé l'esprit lorsque j'ai appris que le patient avait été testé positif pour l’Ebola ? dit-il, six mois plus tard. Il a été maintenu en isolement pendant 21 jours "interminables", séparé de sa femme, qui venait de donner naissance à leur fils. "C'est grâce au vaccin Ebola, que j'avais reçu à peine deux semaines auparavant, que je suis là.

Click image to enlarge
For Additional Information or to Request Interviews, Please contact:
Beatrice Bernescut

WHO Consultant
Tel: +41 78 836 6193

Collins Boakye-Agyemang

Communications and marketing officer
Tel: + 242 06 614 24 01 (WhatsApp)
Email: boakyeagyemangc [at] who.int