Allocution de la Directrice Régionale de l’Organisation Mondiale de la Santé pour l’Afrique à l’occasion de l’ouverture du Forum national sur l’Éradication de la Poliomyélite et la Vaccination de routine en RDC, Kinshasa, du 22 au 23 Juillet 2019

 

Excellence Monsieur le Président de la République,

Excellence Madame la Présidente de l’Assemblée nationale,

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Excellence Monsieur le Ministre national de la Santé,

Excellences Messieurs les Gouverneurs,

Honorables Députés,

Mesdames et Messieurs :

L’Organisation mondiale de la Santé se réjouit de l’opportunité qu’offre ce forum national qui vient à point nommé pour vous permettre de faire l’état des lieux et identifier les grands défis auxquels fait face la République Démocratique du Congo tant pour le poliovirus circulant de type 2 dérivé d’une souche vaccinale, que pour les épidémies meurtrières dues à la rougeole.

Dans le domaine de la santé, il n’y a sans doute aucune intervention préventive qui ait un meilleur rapport coût-efficacité que la vaccination.

Cela fait plus de 40 ans que le Programme élargi de la Vaccination a été adopté par l’Assemblée mondiale de la Santé, comme programme phare.

Le Programme est un des piliers de l’éradication de la poliomyélite, du contrôle des épidémies de rougeole et de l’élimination du tétanos néonatal ainsi que de bien d’autres maladies. Nous avions tous espéré et œuvré pour que la vaccination soit offerte à tous nos enfants cibles avant leurs premiers anniversaires.

Cependant depuis quelques années, la République Démocratique du Congo fait face à une recrudescence des épidémies dues aux maladies évitables par la vaccination telle que la rougeole, la fièvre jaune et plus récemment le poliovirus dérivé de la souche vaccinale type 2.  Face à cette recrudescence des maladies, dont les causes sont multifactorielles, il est indispensable pour nous de nous poser des questions basiques et essentielles qui avaient fait le succès du Programme élargi de Vaccination à ses débuts :

les vaccins sont-ils disponibles pour tous les enfants cibles de la République Démocratique du Congo?

les ressources humaines peuvent-elles couvrir les besoins de la vaccination de ces enfants tant en qualité qu’en quantité ?

la gestion du programme est-elle efficace  et efficiente permettant d’assurer le suivi, la mise en œuvre et l’évaluation de la politique nationale de vaccination ?

les parents des enfants sont-ils correctement informés des bienfaits de la vaccination et adhèrent-ils au programme national ?

les autorités politiques, administratives et coutumières tant au niveau national qu’au niveau périphérique adhèrent-elles à la vaccination et en font-elles la promotion ?

Excellence Monsieur le Président de la République, Mesdames, Messieurs :

Les réponses à ces cinq questions pourraient orienter nos réflexions quant au renforcement de la vaccination de routine et à l’achèvement de l’initiative d’éradication de la poliomyélite.

Pour ma part, afin de veiller à ce que les flambées de poliovirus dérivé de la souche vaccinale de type 2 soient rapidement stoppées et à ce que la vaccination de routine soit renforcée dans les meilleurs délais, j'ai convoqué une réunion des Ministres de la Santé des États Membres touchés par ces flambées en marge de l'Assemblée mondiale de la Santé en mai dernier. Des hauts responsables des partenariats de l'Initiative mondiale pour l’Eradication de la Polio présents aujourd’hui, tels que le Dr Chris Elias de la Fondation Bill & Melinda Gates, le CDC et le Rotary International ont également assisté à la réunion.

Au cours de cette rencontre, les ministres ont exprimé leur volonté à intensifier leurs efforts pour mettre fin à ces épidémies, accroître la couverture vaccinale, renforcer la qualité des interventions en cas d'épidémie, améliorer les performances de la surveillance et assurer la synchronisation transfrontalière des activités prévues. En réponse, les partenaires ont assuré les ministres de leur soutien technique et financier constant pour l'éradication de la poliomyélite et la vaccination de routine.

En outre, face à la stagnation de la vaccination de routine dans la Région africaine et à l’augmentation récente du nombre d’États Membres touchés par l’épidémie de poliovirus dérivé de la souche vaccinale type 2, j’ai décidé de convoquer une réunion sur la polio avec les Ministres de la Santé lors du prochain Comité régional de l’OMS pour l’Afrique, à Brazzaville, en République du Congo, le 21 août 2019. Pour cette réunion, j'ai invité tous les Ministres de la Santé des 47 États Membres à comprendre le risque ci-dessus et à réfléchir à la voie à suivre.

Incidemment, le 21 août, il fera exactement trois ans depuis que le poliovirus sauvage a été signalé pour la dernière fois par la Région africaine, ce qui constitue une étape importante vers la certification de l'éradication de ce virus. Ce jalon appelle à reconnaître les énormes progrès accomplis dans la région, mais aussi à faire le bilan de ce qui a rendu cette réalisation possible et à exploiter les enseignements tirés au niveau local dans les États Membres, de manière à pouvoir les utiliser pour renforcer la vaccination de routine, et le contrôle des autres maladies évitables par la vaccination.

Je voudrais pour ma part, Excellence Monsieur le Président de la République, vous rassurer de l’entière disponibilité de l’Organisation mondiale de la Santé à continuer à mobiliser les partenaires à soutenir la République Démocratique du Congo et à mettre à sa disposition une expertise de qualité. Les défis sont énormes, nous le savons, mais tous, ensemble, nous pouvons unir nos forces et nos moyens disponibles pour les relever.

Je souhaite plein succès au forum national sur l’éradication de la poliomyélite et la vaccination de routine.

Je vous remercie.