Le district sanitaire de Nzérékoré, avec l’appui technique du Sous- Bureau de l’OMS vient d’organiser une mission mixte d’investigation des cas de COVID-19 à la maison centrale (Prison civile) de Nzérékoré

Le district sanitaire de Nzérékoré, avec l’appui technique du Sous- Bureau de l’OMS vient d’organiser une mission mixte d’investigation des cas de COVID-19 à la maison centrale (Prison civile) de Nzérékoré

Cette intervention avait pour but d’appuyer le district sanitaire à conduire une investigation sur l’augmentation du nombre de cas de COVID-19 (cluster) à la maison centrale afin de renforcer les mesures de contrôle et de prévention. En outre, il était question de déterminer le statut vaccinal des pensionnaires, d’organiser la vaccination de tous ceux qui ne sont pas encore vaccinés et identifier les facteurs de risques.

 Situation de la COVID-19 dans la prison centrale

A date du 14 septembre 2022, 319 personnes dont 14 femmes étaient détenues à la prison centrale de Nzérékoré, parmi lesquelles 225 détenus avaient été testés à la COVID-19 dont 11 cas été confirmés. Il s’avère que les détenus testés positifs n’avaient pas encore pris une dose de vaccin anti-COVID-19. Et, selon la mission d’investigation, 90% des cas de maladies graves COVID-19 enregistrés chez les détenus de la maison centrale de Nzérékoré sont des personnes non vaccinées.

 Mesures urgentes prises

Face à cette situation, le district sanitaire, avec l’appui technique de l’OMS, a pris des mesures urgentes. L’ensemble des détenus a été immédiatement vacciné contre la COVID-19. Ensuite, il a été procédé à l’identification de tous les facteurs de risques de propagation de la pandémie. Ainsi, il s’avère que la maison carcérale de Nzérékoré constitue un milieu à haut risque de transmission des maladies à potentiel épidémique, particulièrement la COVID-19. On y note une surpopulation carcérale, le non-respect de la distanciation sociale et du port de masques de protection et la non-vaccination des anciens détenus, alors que de nouveaux prisonniers sont souvent enregistrés dans cette région où le taux de couverture vaccinale COVID-19 est faible (10%).

 

Dans le cadre du suivi des activités, il a été convenu de renforcer les mesures de prévention à la maison centrale de Nzérékoré, notamment le port de masques, le test de cas suspects. Il a également été suggéré de faire vacciner systématiquement les nouveaux détenus dès leur entrée à la maison centrale.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Pour de plus amples informations ou pour demander des interviews, veuillez contacter :
Dr MANENGU Casimir Tshikolasoni

Représentant de l'OMS en Guinée par interim

E-mail : manenguc [at] who.int

Issiaga KONATE

Administrateur chargé de la promotion de la santé & de la communication
Email : konatei [at] who.int

Thierno Yero TRAORE

Technologies de l'information et de la communication
Email : traorey [at] who.int