Réunion des parties prenantes dans la préparation et réponse aux urgences de santé publique

Nouakchott, Mauritanie, le 16 mai 2016 : le Ministère de la Santé en collaboration avec l’OMS, a organisé ce lundi 16 mai 2016, dans le cadre de la préparation et réponse aux urgences de santé publique, la réunion des parties prenantes sous le thème « nous sommes tous concernés ».

La cérémonie de lancement a été présidée par Dr. Fatma Habib, Ministre des Affaires Sociales, de l’Enfance et de la Famille (MASEF), Ministre de la Santé par intérim en présence du Ministre de la Défense, du Représentant de l’OMS, de celui de l’UNICEF, de la Représentante de l’UNFPA, du Secrétaire Général par intérim du Ministère de la Santé et du Wali de la Wilaya de Nouakchott Ouest

Cette réunion fait partie des activités de mise en œuvre du plan de préparation et réponse aux urgences de santé publique pour garantir une bonne coordination des mesures de santé publique, la gestion de l’information  et la limitation des perturbations sociales. Elle est une étape essentielle de ce processus. C’est ce qu’a affirmé le Dr. Jean-Pierre BAPTISTE, Représentant de l’OMS en Mauritanie dans le discours qu’il a prononcé à cette occasion. Le processus de préparation aux urgences, entamé depuis 2014,  pour prévenir la maladie à virus Ebola, a  abouti, entre autres,  à une prise de conscience qu’il faut créer pour entretenir et développer  la capacité du pays à faire face aux urgences de santé publique. Il  a permis aussi de former le personnel sur le Règlement Sanitaire International (RSI), de créer et de former des équipes d’intervention rapide, d’acquérir des équipements de prévention, d’améliorer la détection précoce des maladies et de sensibiliser les différents acteurs sur la nécessité d’unir leurs efforts et de créer les synergies nécessaires en vue d’une riposte prompte et efficace aux urgences. « On n’est jamais trop bien préparé pour affronter les épidémies et les catastrophes. Comme vous le constatez les urgences sont  de plus en plus fréquentes. Hier c’était Ebola, les autres fièvres hémorragiques  et les différentes formes de grippe, aujourd’hui c’est la maladie Zika. Le développement des moyens de communication favorise la circulation rapide des virus et autres vecteurs de maladies » comme l’a souligné le Représentant de l’OMS.  

« La préparation pour répondre efficacement aux urgences de santé publique demeure donc  une intervention prioritaire. Il est essentiel d’être préparé à identifier et à gérer toute urgence au niveau national non seulement pour protéger la population et minimiser son impact mais aussi pour empêcher sa propagation au niveau international » a-t-il poursuivi.

Le Dr. Baptiste a ensuite insisté sur le fait qu’une bonne réponse repose sur une bonne coordination. C’est l’une des principales leçons apprises de la gestion des urgences notamment celle causée par l’épidémie de la maladie à virus Ebola qui a sévi en Afrique de l’Ouest ces deux dernières années.

En effet la coordination permet la cohérence des interventions, la définition et la répartition des responsabilités et des tâches, la prise de décision rapide, l’échange d’information rapide, la cohérence des messages diffusés et l’amélioration globale du rapport cout-efficacité des activités entre autres. Elle doit inclure tous les acteurs.

La MASEF, Ministre de la Santé par intérim, Dr. Fatma Habib, a dit que la multiplication des situations d’urgence et des catastrophes et l’échec des systèmes de santé à y faire face ont  amené le système sanitaire mondial a développé des stratégies et des plans pour assurer une réponse prompte et efficace à ces situations.

Mme la Ministre a remercié l’OMS qui soutient tous les pays membres pour faire les réformes nécessaires et construire ainsi des systèmes de santé capables de répondre aux épidémies et aux urgences de santé publique en général, des systèmes capables d’intégrer tous les acteurs concernés pour assurer une meilleure réponse  plus rapide et plus efficace. Elle a rappelé les conséquences néfastes des catastrophes et des épidémies sur les populations et la disponibilité de son département pour se préparer à y faire face.

Cette réunion de deux jours regroupe des participants venus des différents départements ministériels, des élus parlementaires et municipaux, des représentants de la société civile, des partenaires techniques et financiers soit un total de 137 personnes. Elle a pour objectifs entre autres, l’extension de la sensibilisation sur la création d’un Centre des Opérations d’Urgences Sanitaires  qui vient de faire l’objet d’une communication en Conseil des Ministres.

L’OMS appuie techniquement cet atelier où ont intervenu des experts venus de Genève et du Sénégal. La réunion est financé sur fonds de l’Union Européenne.

Plusieurs présentations ont été faites  pendant la durée de cette réunion.

Le premier exposé a porté sur le RSI 2005 et sa mise en œuvre en Mauritanie, présenté par le Pr. LO Baidy, Inspecteur Général au Ministère de la Santé. 

Le deuxième a porté sur l’organisation des urgences en Mauritanie : plan de réponse et préparation aux urgences présenté par le Dr. Mohamed Lemine Ould Sidi, Directeur de la Lutte contre la Maladie au MS.

Le troisième exposé  portant sur « les leçons apprises de l’épidémie d’Ebola et des autres urgences dans les 10 dernières années, de l’Ebola vers l’approche tous risques » a été présenté par Caroline Fuhrer, de l’OMS/HQ, Genève.

Le quatrième exposé a porté sur le rôle attendu des parties prenantes dans la mise en œuvre du RSI 2005, présenté par Dr. EL Khalil Ishagh, Chef du service de surveillance épidémiologique au MS

Le cinquième a traité du système mondial d’information sanitaire et a été présenté par Marie Roseline Belizaire, Chargée des urgences au bureau pays de l’OMS

Enfin d’autres exposés portant  sur le COUSP et sur un exemple de fonctionnement d’un COUSP, le cas du Sénégal ont été présentés le deuxième jour de la réunion. La présentation a été assurée par le Dr. Abdoulaye Bousso, du Ministère de la Santé du Sénégal venu partager l’expérience du Sénégal avec la Mauritanie.

_______________________________________________

Pour plus d'informations, prière de contacter:

Medellah Ould Bellal, HIP, OMS Bureau pays, Mauritanie, Mail : ouldbellalm [at] who.int">ouldbellalm [at] who.int, Tél : 00 222 22 62 08 74 ; 00 222 46 42 08 74

Click image to enlarge