Célébration de la troisième Semaine africaine de la vaccination

Imprimer

immunization-avwBrazzaville, 11 avril 2013 -- Du 22 au 28 avril 2013, les pays africains célébreront la troisième Semaine africaine de la vaccination (SAV), une initiative pilotée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et mise en œuvre par les pays dans la Région africaine.

Pendant sept jours, tous les États Membres de la Région africaine de l’OMS – les États insulaires, les pays enclavés et les pays côtiers – organiseront toute une gamme d’activités, notamment des campagnes de vaccination de haut niveau, ainsi que des événements d’éducation publique et de partage d’informations, dans le cadre des manifestations marquant la célébration de la troisième Semaine africaine de la vaccination.

La cérémonie de lancement régional sera organisée en Ouganda, un pays qui introduira bientôt le vaccin antipneumococcique conjugué dans son programme national de vaccination systématique afin de prévenir la mortalité néonatale et infantile liée à la pneumonie.

Le thème de la Semaine africaine de la vaccination de cette année est «Sauvons des vies. Prévenons des infirmités. Vaccinons.»
 
«Nous nous réjouissons de la visibilité élevée et croissante de la Semaine africaine de la vaccination, qui nous offre une occasion de réitérer que la vaccination a un pouvoir avéré de sauver des vies, et une opportunité de promouvoir la vaccination des enfants, des adolescents et des adultes contre des maladies mortelles», a indiqué le Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, le Dr Luis Sambo.

«Ce partenariat en pleine expansion entre l’OMS, les gouvernements, les partenaires et d’autres parties prenantes aide les pays à maintenir l’engagement politique en faveur de la vaccination et pose une fondation solide pour enraciner la culture de la prévention et de la promotion de la santé dans les États Membres», a ajouté le Dr Sambo.

À l’instar des deux précédentes éditions (en 2011 et en 2012), l’édition 2013 de la SAV cible de multiples objectifs, à savoir : susciter une prise de conscience de l’importance vitale de la vaccination; favoriser l’élargissement de la couverture vaccinale; toucher les populations insuffisamment desservies et marginalisées (en particulier les communautés vivant dans des zones difficiles d’accès, en milieu urbain pauvre et dans des zones de conflit) en utilisant de nouvelles interventions de survie de l’enfant ou des interventions existantes à haut impact; renforcer les avantages à moyen et long termes de la vaccination et des autres interventions de survie de l’enfant; et contribuer à la transformation des vies de millions d’enfants en leur donnant une chance de grandir en bonne santé, d’aller à l’école et d’améliorer leurs perspectives de vie.

D’autres activités planifiées par les pays comprennent des interventions qui permettent de sauver des vies (par exemple l’introduction de nouveaux vaccins : le vaccin antipneumococcique ou le vaccin antirotavirus; la supplémentation en vitamine A); le déparasitage en vue d’éliminer les vers intestinaux; la distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action; le «rattrapage» de la vaccination systématique dans les districts moins performants; l’organisation de campagnes de lutte antipoliomyélitique et antirougeoleuse; et l’auscultation des enfants pour détecter des occasions manquées de vaccination ou des cas de malnutrition modérée ou sévère.

Les pays participants mèneront par ailleurs d’autres activités comme la mobilisation et l’organisation de campagnes de sensibilisation en utilisant les médias traditionnels, modernes et sociaux; l’implication de responsables religieux là où c’est possible; l’organisation d’ateliers de sensibilisation de professionnels des médias et de personnels de santé, entre autres; l’organisation de dialogues communautaires à travers des discussions en panel; la remise de distinctions à des personnels de santé méritants; la sensibilisation des superviseurs, sans oublier des visites de supervision et d’appui aux sites de vaccination. Ces activités poursuivent le même objectif global, qui consiste à montrer que la vaccination a le pouvoir de protéger la santé publique.

Avec l’institutionnalisation de la SAV et la dynamique qui ne cesse de s’amplifier, les progrès réalisés au cours des deux premières éditions semblent annoncer des lendemains enchanteurs. Par exemple, les bases factuelles disponibles à l’OMS établissent que lors des deux premières éditions de la Semaine africaine de la vaccination (en 2011 et 2012), l’accès aux vaccins s’est accru, surtout dans les communautés difficiles d’accès : le vaccin antipoliomyélitique oral a en effet été administré à plus de 150 millions de personnes dans 13 pays. Près de 1,7 million de personnes ont été vaccinées contre la rougeole en Érythrée et au Cameroun.

Il convient de relever ici que l’Érythrée, qui impressionne la communauté sanitaire mondiale par ses récents succès en matière de développement sanitaire, a donné à sa campagne 2012 le nom de «Semaine nationale de la santé, de la nutrition et de la vaccination de l’enfant», en se fixant pour objectif de «vacciner au moins 95 % des enfants de 9 à 47 mois contre la rougeole». À l’évidence, les adultes, et pas uniquement les enfants, tirent profit de la vaccination, décrite en des termes élogieux par les experts de la santé publique comme «l’une des interventions sanitaires les plus réussies offrant un excellent rapport coût-efficacité», qui permet de prévenir deux à trois millions de décès chaque année.

«Les adultes aussi bien que les enfants peuvent tirer profit de la vaccination», a déclaré le ministre tanzanien de la Santé, le Dr Hussein Mwinyi, dans son intervention lors de la quatrième réunion de la Conférence régionale annuelle sur la vaccination, tenue en décembre 2012. Et d’ajouter que la vaccination est une composante importante des systèmes de santé et une stratégie essentielle pour réduire la mortalité infantile, améliorer la santé de la mère et lutter contre la maladie. C’est pour cette raison que nous devons collectivement, en tant que Région, consentir des efforts pour que les services de vaccination touchent chaque enfant en Afrique.

Au moment où les États Membres s’apprêtent à célébrer la Semaine africaine de la vaccination 2013, le Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, le Dr Luis G. Sambo, forme le vœu de voir l’OMS, les gouvernements et les autres parties prenantes contribuer résolument, à travers cette célébration annuelle de la SAV, à la concrétisation de la vision de la Décennie de la vaccination (2011–2020), qui est celle d’un monde dans lequel aucun individu et aucune communauté ne ploie sous le fardeau des maladies évitables par la vaccination.

Evénements à venir