Le Comité Régional de l’OMS a pris fin avec l’adoption de quatre résolutions

Yamoussoukro, 3 Septembre 2011 -- La soixante et unième session du Comité Régional de l'OMS pour l'Afrique a pris fin vendredi à Yamoussoukro, Côte d'Ivoire, avec l'adoption de quatre résolutions visant à améliorer la situation sanitaire dans les 46 États-membres de l'OMS de la Région Afrique.

Une résolution a été adoptée par les Ministres de la santé sur la proposition de mise en place d'un Fonds africain pour les urgences de santé publique – un point essentiel du programme de la réunion de cette année. La contribution annuelle à ce fonds des États-membres a été fixée à 50 millions de dollars américains.

Les Ministres ont donné leur accord à la désignation de la Banque Africaine de Développement comme Administrateur de la gestion du compte d'affectation spéciale du Fonds, et à la domiciliation d'un Fonds de roulement plafonné à 30 millions de dollars américains au Bureau régional de l'OMS à Brazzaville.

Il a été demandé au Directeur Régional de l'OMS pour l'Afrique, Dr Luis Sambo, d'accélérer le processus d'opérationnalisation du Fonds, et de continuer le plaidoyer auprès des Chefs d'États et de Gouvernement, l'Union Africaine et les Communautés économiques régionales et de garantir que la présente résolution des Ministres est soumise lors d'un sommet de l'UA pour qu'elle soit entérinée par les Chefs d'États africains.

Concernant les contributions au Fonds, le Comité régional a demandé aux États-membres de garantir la création d'une ligne budgétaire dans les budgets nationaux pour les contributions annuelles au Fonds, de poursuivre le plaidoyer pour le maintien du Fonds lors des Assemblées de l'UA, des communauté économiques régionales et des rencontres au niveau nationale et international.

Le Comité régional a également adopté un cadre pour l'adaptation de la santé publique au changement climatique dans la région africaine. Les Ministres de la santé ont demandé au Directeur régional de créer un programme panafricain pour l'adaptation de la santé publi-que au changement climatique en vue de mobiliser et de coordonner un appui technique et financier au niveau international en faveur des États-membres pour le développement et la mise en œuvre des plans d'actions nationaux pour l'adaptation de la santé publique au changement climatique.

Il a aussi été demandé au Directeur Régional d'inclure la collaboration avec le Programme des Nations Unies pour l'Environnement et d'autres agences techniques pour élaborer et diffuser, à l'usage des Etats-membres, les outils techniques nécessaires pour l'application du Cadre.

Concernant l'éradication de la poliomyélite, la résolution adoptée par les Ministres demande aux États-membres dans lesquels le poliovirus circule où vient d'être déclaré de faire de la persistance de la poliomyélite une priorité de santé publique, et d'impliquer systématiquement tous les dirigeants politiques et communautaires et les Chefs traditionnels dans toutes les initiatives engagées au niveau national et local, pour s'assurer que tous les enfants ciblés sont touchés pendant les campagnes de vaccination.

La résolution sur la polio a surtout demandé aux pays où la transmission du poliovirus a été rétablie (Angola, Tchad, République Démocratique du Congo), et aux pays endémiques de poliomyélite (Nigeria) de mettre en œuvre les actions prioritaires définies dans les plans d'urgence en vue de l'interruption de la circulation du poliovirus sauvage dans les plus brefs délais.

Toujours concernant la polio, il a été demandé, de façon générale, aux États-membres de réaliser et de maintenir une couverture vaccinale systématique d'au moins 90% ; de renforcer la collaboration transfrontalière afin d'améliorer la qualité de la vaccination et des activités de surveillance, d'améliorer la qualité des activités de vaccination supplémentaires et renforcer la surveillance des paralysies flasques aigues.

La quatrième résolution entérine un document de stratégie introduit par le Directeur Régional sur l'élimination de la rougeole dans la Région africaine d'ici 2020.

Elle demande aux États-membres de développer et de mettre en œuvre des plans nationaux pour l'élimination de la rougeole d'ici 2020 conformément au plan stratégique régional ; d'allouer des ressources humaines et financières suffisantes pour la mise en oeuvre des plans nationaux pour maintenir les progrès réalisés en matière de réduction de la mortalité rougeoleuse afin d'atteindre les cibles de pré élimination d'ici 2012 ; de mobiliser les parties prenantes nationales et internationales et coordonner tous les efforts d'élimination de la rougeole ; de produire des données démographiques fiables et actualisées qui seront utilisées pour surveiller la couverture vaccinale antirougeoleuse et à terme arriver à l'élimination de la rougeole d'ici 2020.

Dans son discours de clôture, Dr Sambo a félicité les délégués pour la qualité de leurs contributions lors des discussions et a qualifié de « développement bienvenu » les échanges ouverts et francs entre les Ministres de la santé et ceux des Finances lors des discussions en panel sur le financement de la santé qui a eu lieu en marge de la tenue du Comité régional.

Le Directeur Régional a fait référence au Fonds d'urgence en exprimant sa conviction de voir le Fonds répondre aux besoins des États-membres qui seront confrontés aux épidémies et aux crises humanitaires.

Il a qualifié "d'historique" la mise en place, lors du Comité régional, de la Fédération Africaine des Associations de Santé Publique (FAASP), et il a lancé un appel aux Ministres de la santé et ceux des Finances à soutenir les Associations Nationales de santé publique qui forment la Fédération. Lors du lancement de la FAASP, son nouveau Président, Dr Mathias Somé, a affirmé qu'il travaillerait avec les Ministres de la santé pour améliorer les systèmes de santé nationaux, établir des observatoires de la santé et développer des stratégies basées sur les principes de santé publique.

Lors de la clôture du Comité régional, le Ministre ivoirien de la santé, Prof. Thérèse N'Dri-Yoman, a dit qu'elle était satisfaite que les cinq jours de travaux aient discuté et adopté des recommandations sur les questions qui touchent le cœur même de la santé en Afrique – renforcement du système de santé, financement de la santé pour les interventions prioritaires comme la polio et la santé maternelle et infantile.

« Je suis convaincue que l'une des voies les plus efficace et durable de réduire le lourd fardeau des maladies en Afrique est de mettre l'accent sur le renforcement des capacités en termes de ressources humaines, financières, techniques et technologiques », a-t-elle dit.

La soixante-deuxième session du Comité Régional aura lieu du 27 au 31 août 2012 à Luanda, en Angola.

Pour plus d'information, prière contacter:

CONTACTS MEDIA:

Samuel AJIBOLA, WHO/AFRO, Brazzaville,
Tel: +47 241 39378
E-mail: This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

Souleymane KONE, HIP/ Cote d'Ivoire
Tel: ++225 22517200, Mobile: +225 07148393
E-mail: This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it ou This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

Liens connexes:

Soixante et unième session du Comité régional de l'OMS

Upcoming events